BFM Business

Yannick Bestaven: participer au Vendée Globe est une "entreprise à part entière"

Pour le vainqueur du Vendée Globe invité de BFM Business ce vendredi, tous les navigateurs "sont des entrepreneurs".

Vainqueur du Vendée Globe après 80 jours en mer, Yannick Bestaven est revenu sur cette aventure hors norme qu’il compare à une "entreprise à part entière" dans un entretien accordé ce vendredi à BFM Business. Sa victoire, il la doit en partie à son passé d’entrepreneur, lui qui a fondé Watt and Sea en 2008, une société qui fabrique et commercialise des hydro-générateurs qui permettent de produire de l'électricité grâce au déplacement du bateau.

C’est sûr que l’expérience Watt and Sea (…) m’a aidé tous les jours dans le montage de mon projet sportif", a déclaré le Rochelais, avant de préciser: "Ca m’a aidé, c’est une évidence, puisque nos projets sont des projets d’entreprise. Pour un projet de course au large, il y a plusieurs casquettes à avoir. Pour ma part il a fallu investir dans un bateau de course, trouver des financements, démarcher des banques, embaucher une équipe de douze personnes, gérer cette équipe, gérer les retombées économiques et médiatiques du projet".

Pour Yannick Bestaven, les navigateurs sont "obligés de mener (leurs) projets comme des entreprises".

On est tous des entrepreneurs, c’est ce qui fait la particularité de notre sport", a-t-il poursuivi.

Et s’il n’est plus aujourd’hui au pilotage de Watt and Sea, il en est toujours actionnaire et dit "garder un œil" sur ses activités. D’autant que la société équipe désormais la plupart des participants du Vendée Globe mais également des plaisanciers.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco