BFM Business
en direct

[En Direct Vivatech] Les ambitions de "La Machina", la voiture à hydrogène du français Hopium

[En Direct Vivatech] Les ambitions de "La Machina", la voiture à hydrogène du français Hopium

VivaTechnology logo

Premier salon professionnel à se tenir en physique depuis la pandémie, Vivatech, dont BFM Business est partenaire, ouvre ses portes aujourd’hui et jusqu’au samedi 19 juin à Paris. Une édition à suivre en direct sur le site et l’antenne.

Eric Schmidt (Google): l'Europe devrait attendre avant de réglementer l'intelligence artificielle

"L'intelligence artificielle (IA) est trop récente" pour être régulée comme souhaite le faire l'Union européenne, a mis en garde vendredi l'ex-PDG de Google Eric Schmidt, lors d'une intervention au salon parisien des start-up et de la technologie Vivatech.

Le projet de réglementation européenne pour imposer des règles d'éthique à l'IA est "un désastre", a jugé Éric Schmidt, patron de Google de 2001 à 2011, puis président exécutif et conseiller technique de la société parente Alphabet jusqu'en 2020.

"Les Européens trouvent ça super car ils vont imposer un cadre réglementaire comme avec le RGPD" (le règlement sur les données personnelles, ndlr), mais "l'IA est trop récente pour commencer par cela. Il faut d'abord l'inventer", a-t-il déclaré, interrogé en visioconférence.

Fuite des entreprises?

Selon lui, l'Europe devrait "évaluer cette technologie pour savoir comment la monétiser, encourager les universités à travailler avec ou l'encourager fiscalement". Si elle persiste dans son projet, elle s'expose à voir ses entreprises partir au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, a-t-il dit.

Après trois ans de travail, la Commission européenne a présenté en avril sa première ébauche d'un cadre légal pour encadrer cette révolution industrielle, fondée sur l'exploitation à grande échelle des données par des machines.

Le texte prévoit d'interdire un nombre restreint d'utilisations incompatibles avec les droits fondamentaux. Seront prohibés les systèmes de "surveillance généralisée" de la population, ceux "utilisés pour manipuler le comportement, les opinions ou les décisions" des citoyens.

Droits fondamentaux

Des autorisations dérogatoires sont cependant prévues pour la lutte antiterroriste et la sécurité publique.

La nouvelle législation sera encore débattue plusieurs mois avec le Parlement européen et les 27 Etats membres, avant la mise en oeuvre d'un texte définitif.

En mars, une commission américaine de sécurité nationale sur l'IA, dont fait partie Éric Schmidt, avait alerté sur le risque que les Etats-Unis soient distancés par la Chine dans la course vers le développement de ces technologies, cruciales pour l'avenir du pays aussi bien en termes de sécurité que d'économie.

"L'Amérique n'est pas prête à se défendre ou à être compétitive à l'ère de l'IA", avait déclaré la commission qui proposait d'investir un minimum de 40 milliards de dollars en recherche et développement.

Quelles sont les ambitions de "La Machina", la voiture à hydrogène du français Hopium

Hopium, l'entreprise française, créée par le pilote Olivier Lombard, vient de dévoiler son premier prototype de "La Machina", sa future berline 100% hydrogène. Une première étape avant son industrialisation.

Franck Lebouchard (Devialet): "un moment magique avec l'Opéra de Paris"

Le fabricant d'enceintes haute de gamme qui collabore déjà depuis plusieurs années avec l'Opéra de Paris lance "la semaine prochaine une cabine immersive à l'extérieur où les passants pourront écouter des extraits de la saison qui arrive", explique le directeur général.

La Poste lance un fonds d'investissement

Diane Abrahams (directrice de la stratégioe du groupe La Poste) explique que le groupe étoffe "ses outils d'innovation" avec "La Poste Ventures".

35 millions d'euros seront investis dans 3 à 5 start-up par an où le groupe public restera minoritaire.

Les cibles: "des start-up qui apportent une véritable valeur ajoutée, un nouveau service ou une nouvelle satisfaction du client". Mais aussi "la logistique connectée et interactive, le phygital, les services de santé et ce qui concerne les smart cities".

Et de préciser que "les critères RSE" seront observés de près lors des choix d'investissements.

Céline Vuillequez (ManoMano): "on recrute 350 personnes" avec comme objectif "la diversité"

La directrice générale de ManoMano explique que les besoins dans la tech sont importants "pour atteindre 1000 personnes en fin d'année".

L'objectif est d'assurer la diversité avec des "outils et en étant proactif et inclusif". Il s'agit également de mettre en place des programmes de "mentoring" pour les femmes et "lutter contre les biais".

Le site met en avant 31 nationalités dans ses effectifs.

Quelles sont les start-up qu'accompagne EDF

EDF cherche régulièrement à s'associer à des start-up qui peuvent améliorer ses process, notamment industriels... Mais pas seulemenbt.

Le groupe s'intéresse également aux drones sous-marins ou encore aux logiciels d'optimisation des batteries comme l'explique Julien Vileret, directeur de l'innovation du groupe.

Renault présente un quadricycle électrique, le Mobilize Duo

Ce petit véhicule qui se base un peu sur le succès de Twizzy se veut très urbain pour les petits déplacements avec des portes et de la connectivité. Il pourra embarquer deux personnes.

"Ca sera vraiment révolutionnaire", promet Clotilde Delbos du groupe Renault.

Il pourra être loué pour des déplacements ponctuels, "on travaille beaucoup sur la flexibilité", ajoute-t-elle.

Et une version pour les livraisons en ville est même prévue au programme.

Clotilde Delbos (Renault): quelles sont les ambitions de Mobilize

Cette 4e marque du groupe Renault vise à accompagner les changements dans la mobilité et dans les aspirations des consommateurs.

Il s'agit "d'offrir des services de mobilité décarbonée, d'énergie, et d'usage des donnes", explique Clotilde Delbos à la tête de cette nouvelle activité.

Concrètement, il s'agit notamment de combiner une offre de véhicule à la carte, en location, en fonction de ses besoins.

Côme Berbain (RATP): nous voulons innover pour "l'expérience voyageur"

Le directeur de l'innovation au sein de la RATP expose les différents domaines d'innovations sur lesquels planche la régie, notamment pour éviter les contacts sur les surfaces ou encore la traduction automatique et en temps réel des informations voyageurs...

Mais aussi une bague connectée qui sera testée à Brest qui contiendra son titre de transport dématérialisé.

Nicolas Douchement (Vivatech): "on arrive pile au bon moment avec ce format hybride"

Le directeur des opérations du salon se félicite d'avoir pu organier cette édition 2021 malgré la conjoncture avec un process sanitaire renforcé.

Et de mettre en avant "l'hybridation" du salon qui combine présentiel sur 25.000 mètres carrés et virtuel.

Tim Cook: Le règlement européen sur les marchés numériques pourrait "détruire la sécurité de l'iPhone

Le projet de règlement sur les marchés numériques (DMA), qui fait partie du plan de l'Union européenne pour réguler les géants du secteur, risque de "détruire la sécurité de l'iPhone", a dénoncé mercredi le patron d'Apple Tim Cook au salon parisien des start-up et de la technologie Vivatech.

Certaines parties du projet actuellement discuté à Bruxelles "ne sont pas dans le meilleur intérêt des utilisateurs. (...) Je suis très inquiet à propos de la vie privée et de la sécurité", a-t-il déclaré lors d'une discussion organisée avec le média Brut.

Le DMA forcerait Apple à autoriser l'existence d'alternatives à l'App Store, aujourd'hui l'unique magasin d'applications sur les appareils d'Apple, et cela "détruirait la sécurité de l'iPhone et beaucoup d'initiatives pour la vie privée que nous avons développées dans l'App Store", notamment car l'entreprise ne pourrait plus contrôler chaque application distribuée, a expliqué Tim Cook.

"Nous allons prendre part au débat et j'espère que nous trouverons une solution", a-t-il ajouté, tout en reconnaissant qu'il y avait des "bonnes parties" dans le projet de réglementation, notamment l'autre volet du plan de l'UE concernant spécifiquement les services numériques (DSA).

Le Règlement sur les marchés numériques ("Digital Markets Act", DMA) imposera des contraintes spécifiques aux seuls acteurs dit "systémiques", une dizaine d'entreprises dont la toute-puissance menace le libre-jeu de la concurrence. Parmi eux, les Gafam, les 5 géants du numérique que sont Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Ces entreprises se verront imposer des règles augmentant la transparence de leurs algorithmes et limitant leur usage des données privées, au coeur de leur modèle économique. Elles devront aussi notifier à la Commission tout projet d'acquisition de firme en Europe.

Présenté en décembre, le projet doit encore être négocié avec le Parlement européen et les Etats membres.

Apple est accusé de comportement monopolistique par certains éditeurs comme Epic (propriétaire du jeu Fortnite), Facebook ou Spotify, en raison de ses règles strictes sur la distribution d'applications.

Macron: "le succès de la tech est bon pour tout le pays"

Le président Emmanuel Macron a estimé mercredi que les succès du secteur de la tech étaient "bons pour tout le pays", et mis en garde contre une politique qui risquerait de "freiner ou ralentir l'innovation".

"Il n'y a pas d'un côté la France des gilets jaunes et de l'autre la France de la tech", a estimé le président de la République, venu visiter le salon des start-up et de la technologie Vivatech et participer à une table-ronde avec des entrepreneurs européens.
"Le succès de la tech" française, "ce que l'on a consolidé, ce que l'on est en train de faire (...) c'est bon pour tout le pays", a estimé M. Macron lors de la table-ronde.

"La réponse au sujet des inégalités ne passe pas par une politique qui devrait freiner ou ralentir l'innovation ou la tech", mais plutôt par "comment on arrive à aller encore plus vite, à faire que les investissements" dans la tech "irriguent tout le pays comme ils ont commencé à le faire", et aboutissent à ce que qu'il y ait "des champions en France et en Europe qui permettront de créer le plus de jobs possible pour permettre en sortie de crise de sortir du chomage de masse".

Les gilets jaunes "se battaient pour le pouvoir d'achat et un projet inclusif", mais sont "aussi des gens qui sont sensibles au changement climatique et veulent que le pays réussisse", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a reçu mardi à l'Élysée une centaine d'investisseurs et entrepreneurs du numérique français et européens ainsi qu'une dizaine de ministres européens pour réfléchir aux moyens de favoriser l'émergence de géants du numérique et de la tech en Europe.

Le président français va défendre notamment pendant la présidence française de l'Union européenne la création d'un visa européen pour les chercheurs ou ingénieurs venant travailler dans les entreprises européennes, et des mesures permettant de muscler les investissements européens dans la tech.

Pour Macron, la question du démantèlement des GAFA "est légitime"

Depuis Vivatech, le président de la République s'est exprimé sur les GAFA, jugeant leur démantèlement "légitime". "Je pense que quand on a des groupes qui ont les comportements de prédation qu'ils ont eus sur les marchés européens ou émergents sur les dernières années, qui s'attaquent à des verticaux qui ne sont pas bien régulés malgré tout le travail qui a été fait par la Commission européenne et que je salue, c'est de toute façon une question car en termes de bien-être collectif, à un moment donné ils finissent par être négatifs. Le système se retourne sur lui-même. Ce sont des acteurs qui ont été super talentueux, qui ont réussi à avoir des situations de rente d'innovation, laquelle est la seule légitime dans une économie de marché, mais qui l'utilisent pour créer de la rente de régulation et empêcher tout le monde de rentrer. Ce n'est pas un système qui est vertueux. On aura à un moment cette question qui nous sera posée, plutôt tôt que tard".

Michel Paulin, OVHcloud: "il y a une prise de conscience que la data n'est pas accessoire"

"Elle est au coeur des business model de toutes les entreprises", explique le directeur général d'OVHcloud. "Et la maîtrise de sa localisation, de sa gestion et de son statut juridique devient un enjeu capital".

Et de souligner que la souveraineté des données n'est pas seulement un enjeu pour les entreprises mais bien "un enjeu politique, éthique et géopolitique". L'initiative GaiaX va ainsi dans le sens d'un"cloud de confiance et transparent", poursuit-il.

L'Institut Polytechnique présente 21 start-up

Il s'agit de présenter "les sociétés qui sortent de nos incubateurs et c'est rencontrer des investisseurs car le succès des start-up, c'est le réseau", explique Eric Labaye, président de l'Ecole Polytechnique et de l'Institut Polytechnique.

Et de confirmer que l'écosystème français "a franchi un seuil" avec des start-up qui grandissent, qui "montent en puissance et qui vont plus loin. La France a passé une étape".

LVMH: l'accord avec Google Cloud pour gérer la data

La crise du covid a accéléré la transformation digitale de LVMH même dans les maisons de luxe. De qioi générer un flot massif de données qu'il faut exploiter pour apporter des services aux clients.

"Les grandes maisons commençaient déjà à travailler ce sujet, Vuitton, Sephora, maintenant ce qu'on cherche avec Google, c'est passer à l'échelle", indique Franck le Moal, DSI de LVMH.

LVMH: "on suit les start-up avec attention"

Le groupe français de luxe est co-organisateur de Vivatech pour la 5e année consécutive.

Franck le Moal, DSI de l'entreprise explique: "C'est un sujet important, c'est une histoire d'innovation, de création et donc c'est des valeurs très chères au groupe LVMH".

"Cette année, on a peu fait évoluer notre modèle, on était très focusé sur l'accompagnement de start-up qui pouvaient nous apporter de la valeur, cette année, on a décidé d'ouvrir car la transformation digitale touche tous les métiers de l'entreprise".

BubbleFly veut opérer un bateau volant et écolo

Alain Thébault, le créateur des SeaBubbles, revient à VivaTech cette année avec un nouveau projet: BubbleFly. Cette "solution de transports en commun" pourrait remplacer les bateaux-bus en "volant" au-dessus de l’eau, le tout propulsé par une pile à hydrogène.

"Nous avons des demandes à Miami pour des modèles de de 30 à 60 places, des demandes au Japon pour 100 places, explique sur le plateau de notre émission spéciale en direct de VivaTech Alain Thébault. Nous voulons démarrer modestement en montrant que c’est zéro bruit, zéro pollution".

Le premier bateau pourrait être mis en service en 2022.

La French Tech, objectif licornes

"Je veux que l’Hexagone devienne un pays de licorne", avait lancé Emmanuel Macron en 2017 à VivaTech. Quatre ans plus tard, une quinzaine de licornes ont émergé dans l’Hexagone, avec un objectif annoncé pour 2025 de 25 licornes, ces start-up valorisées plus d’un milliard d’euros.

Tim Cooke et Emmanuel Macron à Vivatech

Des startup de l’e-santé, de la mobilité de demain, du développement durable, des conférences des patrons d’Apple Tim Cooke, celui de Facebook Mark Zuckerberg mais aussi ceux d’IBM, de Paypal, de Zoom, le salon VivaTech ouvre ce mercredi ses portes à Paris, Porte de Versailles. Le Président Emmanuel Macron sera également présent ce mercredi après-midi porte de Versailles.

1100 exposants seront présents pour cette édition 2021, qui se tient dans une forme hybride. 40% des évènements et expositions se tiendront ainsi en ligne.

Olivier Chicheportiche