BFM Business

Vidéo L214: La volonté de respecter le bien-être animal va-t-elle tuer le foie gras?

Foie gras (illustration)

Foie gras (illustration) - OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP

La diffusion de la vidéo par l'association L214 dans un élevage de canards risque de fragiliser une filière foie gras inquiète pour son avenir avec des consommateurs de plus en plus heurtés par les conditions de production.

La vidéo a de quoi donner des hauts-le-cœur. Des cadavres de canards en décomposition, des déjections qui jonchent le sol, des rats, des asticots… Cet élevage de canards dans le Béarn est la pire publicité possible pour le foie gras.

Et la filière n’en avait vraiment pas besoin. Les ventes de foie gras ne sont pas au mieux en France. Lors de la dernière saison de Noël (période qui représente 70% des ventes), les Français ont boudé le foie gars. Entre le 11 novembre 2019 et le 5 janvier 2020, les ventes avaient chuté de 10% en grande distribution.

Et le confinement du deuxième trimestre en pleine période pascale n’a rien arrangé. La fermeture des restaurants a entrainé une diminution de 60% des débouchés et un manque à gagner estimé à 50 millions d'euros pour la filière.

Une mauvaise passe commerciale qui n'est pas vraiment liée à la mauvaise image du produit. Lors de la saison hivernale, c’est la limitation des promotions avec la loi Egalim qui a plombé les ventes. Le foie gras était plus cher et les consommateurs en ont moins acheté.

Quatre Français sur 10 refusent d'acheter du foie gras

Mais la sensibilité à la cause animale qui progresse dans la société française pourrait avoir des conséquences sur le long terme qui inquiète la filière. Les Français rejettent de plus en plus les conditions de gavage des canards et des oies. Ils sont près de 60% aujourd’hui à vouloir son interdiction contre seulement 44% en 2013, selon un sondage YouGov. Aujourd’hui près de quatre Français sur 10 assurent refuser d’acheter du foie gras pour des raisons éthiques.

Et ce phénomène du rejet du foie gras est mondial. Des nombreux pays et villes ont durci ces dernières années leur législation. L’Inde interdit l’importation de foie gras depuis 2014, la ville brésilienne de Sao Paulo en interdit la commercialisation et New York en fera autant dès 2022. En Californie, la vente est de nouveau autorisée depuis le mois juillet dans les restaurants après une interdiction initiale validée par la Cour suprême en 2019. La ville de Chicago avait elle aussi interdit la commercialisation en 2006 avant de faire marche arrière deux ans plus tard face au développement d'un marché noir du foie gras.

Dans l’Union Européenne, la France fait figure d’exception. Alors qu’une directive européenne proscrit le gavage des animaux depuis 1998, la France comme quatre autres pays producteurs de l’Union ne l’ont jamais transposé dans leur législation.

Car le foie gras est un enjeu économique important pour la France. Le pays qui en a produit près de 19.000 tonnes en 2019 représente à lui seul 75% de la production mondiale. La France exporte 10% de sa production. La filière emploie directement 30.000 personnes et près de 100.000 avec les emplois indirects selon le Cifog, le comité interprofessionnel du foie gras qui a dénoncé les conditions d’élevage montrées dans la vidéo en rappelant qu’il s’agissait de dérives inacceptables mais isolées.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco