BFM Business

Vaccins anti-covid: pourquoi tous les Etats ne paient pas le même prix

En achetant pour les 27 Etats membres, l'Union européenne a négocié des prix plus bas que les Etats-Unis. Seul le vaccin Moderna lui coûte plus cher. Mais attention, un tarif moins élevé peut aussi impliquer une livraison plus tardive.

Dans la course contre la montre engagée par les grandes puissances pour vacciner leur population, il y a un élément qui ne peut être négligé: le prix des doses commandées aux laboratoires. Certes le secret est la règle dans les négociations entre les laboratoires et les Etats qui, le plus souvent, ont préfinancé la recherche en passant des pré-commandes. Cela dit, certains éléments sont désormais connus. Par exemple, Pfizer ne cache pas que dans les contrats signés les conditions financières dépendent de deux critères: le volume de la commande et les délais de livraison. Dit autrement, plus vous en achetez moins cela coûte, plus vite vous voulez être livrés, plus cela coûte.

A l’aune de cette règle, on comprend mieux désormais certaines différences de prix. Avec ses 300 millions de doses commandées, l’Union européenne a ainsi décroché le meilleur tarif pour le premier vaccin mis sur le marché. Deux chiffres circulent. Le premier -12 euros l’unité- est issu d’un tweet de la ministre belge de la Santé qui a été vite effacé, la Commission européenne s’étant engagé à ne rien révéler des conditions qu’elle avait obtenues de Pfizer. Le deuxième, mentionné par la suite, émane d’une source européenne citée par l’agence Reuters: 15,50 euros l'unité selon le calendrier prévu pour les 200 premiers millions de doses.

Israël paie ses doses au moins 50% plus cher que l'UE

Dans les deux cas moins, ce prix se révèle donc inférieur aux 15,80 euros payés par les Etats-Unis pour la première centaine de millions de doses qu’ils ont commandée. On ignore en revanche si les Américains ont payé au même prix les 100 millions de doses supplémentaires commandées le 23 décembre.

N’étant plus membre de l’Union européenne, le Royaume Uni a payé son vaccin à un prix supérieur. Si l’on en croit la presse britannique, il aurait payé ses 40 millions de doses 15 livres (16,60 euros) l’unité. Mais cela reste bien inférieur au tarif payé par Israël. L’Etat hébreu aurait accepté de payer l'équivalent de 22,70€ la dose. Mais Israël est aussi le pays le plus avancé avec plus de 1 habitant sur 7 déjà vacciné.

Sur le plan strictement financier, le choix de l’Union européenne de faire des commandes groupées a donc été efficace. Et pas uniquement pour le vaccin de Pfizer. Le Washington Post soulignait le mois dernier que l’Union européenne payait ses vaccins moins chers que les Etats-Unis. Seul celui de Moderna a été négocié à un meilleur prix par les Américains (15 dollars l’unité, soit 17% de moins que les Européens si l’on retient le tarif dévoilé par la ministre belge de la santé et les données de Bernstein Research).

Les vaccins à Arn messager sont les plus chers

Il est donc indéniable que si chaque pays de l’Union européenne avait mené ses négociations de son côté, les laboratoires auraient pu profiter de cette concurrence pour imposer des prix plus élevés. Pour autant, pour accélérer le rythme des campagnes de vaccination dès cet hiver en raison de la plus forte contagiosité des variants britanniques et sud-africains, la question d’une surprime à payer pour être livré plus vite ne peut être balayée d’un revers de la main.

Selon l’Usine Nouvelle, Pfizer et BionTech ont "promis de livrer rapidement les 200 millions de doses commandées dans un premier temps au tarif de 15,50 euros l'unité". En revanche, Bruxelles reconnaît que "si les 100 millions de doses supplémentaires devraient être fournies au même prix, le calendrier reste à négocier." Pour éviter toute pénurie, certains pays de l’UE envisagent d'ailleurs de faire, de leur côté, des commandes complémentaires.

Il faut aussi prendre en compte le fait que les vaccins à Arn messager de Pfizer et de Moderna sont les plus chers. Les autres laboratoires proposent des vaccins nettement plus abordables. C’est notamment le cas pour AstraZeneca/Oxford, dont le sérum est déjà utilisé au Royaume-Uni. Le seul chiffre officiel dont on dispose est le prix de ce vaccin en Inde: 3 dollars (2,44 euros) l’unité.

L’Inde qui vaccine à tour de bras avec ce sérum en avait précommandé 500 millions de doses. Autant que les Etats-Unis qui selon le Washington Post, le paieraient, eux, 4 dollars (3,25 euros) l’unité. Alors que l’Union européenne qui en a précommandé 400 millions serait à 1,78 euro l’unité (toujours selon tweet de la ministre belge de la santé). Sauf qu’un certain nombre d’indices laissent aujourd’hui à penser qu’AstraZeneca n’est pas pressé de livrer l’Union européenne. Le laboratoire anglo-suédois n’a toujours pas déposé de demande de mise sur le marché à l’agence européenne du médicament.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco