BFM Business

Un député veut interdire l'achat de cigarettes dans les pays frontaliers

Les recettes fiscales ont bondi de 700 millions d’euros l’an passé grâce à la hausse d’un euro du prix des cigarettes.

Les recettes fiscales ont bondi de 700 millions d’euros l’an passé grâce à la hausse d’un euro du prix des cigarettes. - LOIC VENANCE / AFP

La fermeture des frontières, liée au confinement, va faire bondir les recettes de l'Etat sur le tabac pour l'année 2020. Une bonne occasion d'interdire les achats transfrontaliers, selon le député MoDem Bruno Fuchs qui porte une proposition de loi pour obliger à fumer les cigarettes dans le pays où elles ont été achetées.

Une mauvaise nouvelle pour les fumeurs, mais une bonne pour les caisses de l'Etat. Les recettes fiscales sur le tabac se sont envolées en 2020: selon les calculs de BFM Business, confirmés par les industriels du secteur, elles devraient atteindre près de 18 milliards d'euros pour l'année 2020 soit près de 2 milliards de plus par rapport à l'année dernière.

Cela est dû à la hausse des taxes cette année, mais aussi à la fermeture des frontières lors du confinement. Sachant que près d'un fumeur sur cinq se fournit à l'étranger, et principalement dans les pays frontaliers, le gain pour les caisses de l'Etat est important.

Si bien qu'un député MoDem, Bruno Fuchs, porte désormais une proposition de loi pour obliger à fumer les cigarettes dans le pays où elles ont été achetées, rendant ainsi illégal l'aller-retour à la frontière pour ramener des cartouches.

"Ce ne sont pas des cigarettes produites dans des usines de contrebande, elles sont produites par les quatre grands fabricants de tabac" explique le député à RTL. "J'habite à Mulhouse, et je vois qu'avec l'Allemagne, il y a un différentiel de plus de trois euros, donc c'est assez facile d'aller de l'autre côté de la frontière pour acheter des cigarettes."

Au-delà des recettes fiscales, l'obligation d'acheter des cigarettes en France permettra de faire baisser la consommation qui diminue depuis des années à mesure que le prix du paquet augmente. L'autre enjeu, c'est la survie des buralistes déjà affectés par la hausse des prix du tabac ces dernières années et encore mis à mal par les confinements. En juillet dernier, une première loi a limité la quantité d'achats de cigarettes dans les pays transfrontaliers: une seule cartouche par voyage contre quatre auparavant.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business