BFM Business

Travail dans les champs ou les secteurs prioritaires: plus de 200.000 personnes ont répondu à l'appel

5.000 recruteurs sont en train d'organiser le travail

5.000 recruteurs sont en train d'organiser le travail - AFP

200.000 personnes se sont portées volontaires sur le site "mobilisationemploi" pour compenser le manque de travailleurs saisonniers dans l'agriculture et d'autres secteurs d'activité jugés prioritaires. Plus de 10.000 offres sont encore disponibles.

Plus de 200.000 personnes ont répondu à l'appel national lancé pour compenser le manque de travailleurs saisonniers dans l'agriculture et d'autres secteurs jugés prioritaires comme l'agroalimentaire et la logistique, a indiqué le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation ce mardi.

"Après l'appel que j'avais lancé, aujourd'hui il y a plus de 200.000 personnes qui ont répondu, et nous avons 5.000 recruteurs qui sont en train d'organiser le travail", a déclaré le ministre Didier Guillaume sur France 2 en évoquant la plate-forme lancée notamment par Pôle emploi.

Mardi matin, le site de Pole Emploi indiquait que 10.621 offres d'emploi étaient encore disponibles dans les secteurs prioritaires. L'alimentation, mais également dans la santé, l'aide à domicile, l'énergie et les télécoms

Pour prendre la mesure de cet engagement citoyen, on peut rappeler le niveau normal des effectifs de l'industrie agro-alimentaire. Ce secteur emploie près de 420.000 salariés. Et les exploitations agricoles 65.000.

Ne pas "disloquer" la chaîne alimentaire

Didier Guillaume a surtout insisté à rejoindre "la chaîne alimentaire" afin qu'elle "ne se disloque pas" (...) Si elle était rompue, "il n'y aurait rien à manger pour nos concitoyens", a-t-il averti. Le ministre a aussi encouragé les Français confinés à consommer des produits français.

"Si vous ne pouvez plus aller à la campagne, la campagne vient à vous, achetez des produits frais, des fruits et légumes (...) si vous ne pouvez pas aller à la mer, la mer vient à vous, achetez des poissons, des coquillages!" a-t-il lancé, alors que les producteurs dans de nombreux secteurs trouvent difficilement des débouchés.

"Avec le froid, il n'y a pas eu beaucoup de travail" encore dans l'agriculture, a-t-il concédé, interrogé sur le faible nombre d'offres d'emploi dans ce secteur, avant de préciser que "5.000 recruteurs (...) regardent les profils, et les orientent pour qu'ils travaillent dans l'agriculture mais aussi dans la logistique. Le ministre rappelle en effet qu'il "est très important que les produits soient acheminés sur les lieux d'achat" pour nourrir les populations confinées.

"Rejoindre la grande armée de l'agriculture française"

Didier Guillaume a souligné l'ampleur des changements intervenus en quelques semaines dans les circuits d'approvisionnement et le défi des redirections à mener à bien pour parvenir à nourrir les populations "sans rompre" la chaîne alimentaire.

"Je rappelle qu'il y a 20 millions de personnes qui mangeaient en restauration hors foyer, qui mangeaient à l'extérieur tous les jours et qui maintenant sont à la maison, il faut nourrir 20 millions de personnes de plus en achats directs", a-t-il calculé.

"Avant, ils étaient en restauration collective, (...) et là les gens mangent à la maison", a ajouté le ministre qui avait lancé il y a quinze jours un appel "à l'armée de l'ombre des hommes et des femmes (qui) n'ont plus d'activité" et sont mis au chômage partiel en raison de la crise liée au Covid-19, les invitant à "rejoindre la grande armée de l'agriculture française" en quête de main-d'oeuvre pour les récoltes de fruits et légumes ou les semis de printemps.

Parallèlement à la plateforme de Pôle emploi, le principal syndicat agricole FNSEA avait relayé l'appel gouvernemental sur le site "Des bras pour ton assiette".

Pascal Samama avec AFP