BFM Business

Thales signe l'un des plus importants contrats de son histoire pour des frégates allemandes

Avec 1,5 milliard d'euros pour équiper quatre frégates, le contrat que Thales vient de signer avec la marine allemande est le troisième plus important contrat de l'histoire du groupe français.

Thales a signé mardi l'un des plus importants contrats de son histoire, la fourniture pour 1,5 milliard d'euros des systèmes de communication et de gestion de combat des futures frégates de la Marine allemande, a annoncé le groupe français d'électronique et de défense.

Ce contrat s'inscrit dans le cadre du programme "MKS 180" visant à doter la Marine allemande de quatre frégates polyvalentes, livrables entre 2027 et 2031 et attribué en juin à un consortium européen mené par le néerlandais Damen. Il s'agit de la plus grande commande navale dans l'histoire de l'armée allemande, la Bundeswehr. Pour Thales, il "représente 1,5 milliard d'euros sur un total de 5,5 milliards attribués à Damen", s'est félicité son PDG Patrice Caine. "C'est le troisième plus grand contrat de l'histoire du groupe", a-t-il affirmé à quelques journalistes, en évoquant "un très grand honneur et une marque de grande confiance de la Marine allemande".

Le français préféré à l'allemand Thyssenkrupp

Le consortium réunissant Damen, le chantier naval Blohm&Voss de Hambourg et la filiale de Thales aux Pays-Bas, l'a emporté en début d'année face aux chantiers de Kiel associés au géant industriel allemand Thyssenkrupp (TKMS), partenaires historiques de l'armée allemande.
Thales estime avoir bénéficié de son implantation de longue date aux Pays-Bas et de la coopération des industries navales allemande et néerlandaise.

"Les possibilités que Damen et Thales ont eues conjointement aux Pays-Bas d'innover dans le cadre de projets de construction navale, souvent avec la participation du ministère néerlandais de la Défense, ont conduit à l'attribution de ce contrat germano-néerlandais", estime le groupe dans un communiqué.


Le système de conduite de tir, qui permet de faire face aux attaques de surface ou aériennes, y compris celles visant à saturer les capacités de défense du navire, est ainsi associé à un radar dont une première version est en cours de développement pour les futures frégates des marines néerlandaise et belge.

Quelque 70% de la charge de travail reposant sur Thales et ses sous-traitants sera effectuée en Allemagne, le reste aux Pays-Bas. Le Bundestag avait en effet exigé de Damen l'assurance que l'industrie allemande bénéficie des retombées économiques du programme.

Thales est également impliqué dans les programmes des futures frégates françaises FDI et britanniques Type 31.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco