BFM Business

Semi-conducteurs: vers une pénurie de cartes bancaires en 2022?

Selon la Smart Payment Association, la pénurie de puces électroniques pourrait affecter la production de cartes bancaires dès 2022.

Après les matériels informatiques, les consoles de jeux, les voitures, la pénurie de semi-conducteurs provoque des craintes aux organismes spécialisés dans les cartes bancaires.

Selon la Smart Payment Association (SPA), une organisation allemande regroupant les principaux fournisseurs européens de technologies de sécurité pour le secteur financier, le manque de composants électroniques pourrait provoquer une pénurie de cartes bancaires dès 2022.

Dans un communiqué, la SPA "appelle les organismes gouvernementaux ainsi que les acteurs de la banque et des paiements à améliorer la situation au profit des consommateurs".

L'association note que ces systèmes de paiement, au centre de l'économie mondiale, pourrait freiner la consommation.

"Si la situation ne s'améliore pas, il y aura pénurie de millions de cartes, et cela affectera directement les consommateurs du monde entier dans la mesure où ils ne pourront pas obtenir une carte bancaire nouvelle ou renouvelée", explique Jacques Doucerain, président de la SPA.

Trois milliards de cartes bancaires émises chaque année dans le monde

Ces cartes, dont les plus répandues sont conformes à la norme EMV (Europay, MasterCard et Visa) représentent 90% des paiements classiques et 60% de ceux en ligne. Les organismes bancaires en émettent chaque année 3 milliards dans le monde lors de l'ouverture d'un compte, d'un renouvellement ou lorsqu'elles sont perdues, volées ou piratées.

"Les goulots d'étranglement largement signalés dans l'approvisionnement en puces sont devenus si critiques que les fabricants de cartes de paiement sont confrontés à des difficultés croissantes pour obtenir les puces nécessaires à la production de cartes", explique la SPA.

La SPA prévoit des perturbations importantes dans la production de cartes - sans préciser dans quelles proportions - des perturbations qui pourraient contraindre la capacité des banques de répondre à la pleine demande.

En France, 72,7 millions de cartes sont en circulation et servent à réaliser chaque année 12,8 milliards de paiements et retraits, soit un volume de 594,8 milliards d’euros, selon le Groupement des cartes bancaires (GIE CB).

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco