BFM Business

Fournir aux fintech les moyens d’accélérer leur time to market

[CONTENU PARTENAIRE] La fintech Treezor, leader français du Banking as a Service ayant pour actionnaire principal la Société Générale, fournit à ses clients (fintech, banques et entreprises) via des API, les briques technologiques pour proposer rapidement sur le marché des solutions innovantes dans le domaine des paiements. Rencontre avec Éric Lassus, PDG de Treezor.

En 2020, malgré la crise sanitaire, les fintech ont levé, en France, 828 millions d’euros, en augmentation de 18 % par rapport à 2019. Dans cet ensemble, les systèmes de paiement ont représenté 15,3 % des levées de fonds. Comment expliquez-vous ce dynamisme ?

Le paiement est tiré par la mise sur le marché de services innovants, disruptifs, actuellement en plein essor. La crise du Covid-19 a même accentué les besoins en la matière dans un effort de modernisation. Dans ce contexte, je ne suis pas du tout surpris que le paiement tire son épingle du jeu.

La fourniture de solutions technologiques via API, particulièrement dans le domaine des paiements, représente le socle de l’offre de Treezor. Le marché évolue-t-il vers des solutions de plus en plus faciles à intégrer ?

Effectivement, les solutions proposées par Treezor sont complètement « APIsées ». Ces dernières permettent de créer une banque en moins de quatre mois. Notre objectif, aujourd’hui, est de faciliter encore plus ce mouvement. Pour qu’une fintech soit performante et atteigne son marché, elle doit lancer son service très rapidement. Prenons l’exemple d’un service de paiement : il va falloir répondre à des questions tant techniques que réglementaires. Chez Treezor, nous proposons une technologie qui permet aux Fintech de diviser par 10 leur besoin en développement. Avec Treezor Connect, notre offre “Fintech in a box”, il est possible de lancer une fintech avec moins de 100 lignes de code. C’est une solution européenne déjà déployée chez une dizaine de clients.

Quelles sont vos ambitions à l’international ?

Nous avons déjà des bureaux en Allemagne, en Italie et en Espagne. Et nous travaillons sur d’autres territoires comme la Belgique ou les Pays-Bas.

Votre actionnaire de référence est la Société Générale. L’établissement a-t-il adopté certaines de vos solutions ?

Effectivement. C’est, par exemple, le cas de « Treezor Connect », ce qui a d’ailleurs permis de porter la solution à un niveau d’exigence et de sécurité très élevé. Le fait d’avoir Société Générale comme actionnaire de référence est un réel avantage. Nous bénéficions ainsi des « best practices » des grands groupes tout en conservant notre ADN de fintech fournisseur de solutions technologiques et réglementaires pour les fintechs, les établissements bancaires traditionnels et les entreprises. Cela apporte aussi des synergies industrielles et commerciales. Treezor fait partie du catalogue de services de la SG.

Ce contenu a été réalisé avec SCRIBEO. La rédaction de BFMBUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu

en partenariat avec SCRIBEO