BFM Business

Enjeux et perspectives du crédit à haut rendement selon IVO Capital Partners

[CONTENU PARTENAIRE] Dans un contexte de taux historiquement bas, est-il encore attractif d’investir sur les marchés obligataires ? IVO Capital Partners propose des solutions qui pourraient mettre fin aux clichés et autres préjugés selon lesquels le monde du crédit ne rapporterait plus rien et qu’il faudrait prendre des risques - de contrepartie ou de taux - majeurs pour obtenir du rendement.

Ce spécialiste du marché de la dette d’entreprise cotée et non cotée est basé à Paris, Mexico et Sao Paulo. Ses activités se concentrent autour de stratégies obligataires à rendements élevés. Son Président et cofondateur, Michael Israel, partage sa philosophie de gestion relative aux pays émergents et nous dit tout sur les classes d’actifs alternatives.

Élargir les univers d’investissement : quel est le sens de la baseline d’IVO Capital Partners ?

Cette baseline incarne et reflète parfaitement notre raison d’être et nos valeurs. Chez IVO Capital Partners, nous dépassons les clivages géographiques et les idées reçues et allons au fond des choses pour saisir les opportunités là où elles se trouvent vraiment.

Élargir les univers d’investissement est plus que jamais une nécessité, non seulement pour obtenir du rendement, mais aussi pour diversifier intelligemment ses expositions dans un contexte où les classes d’actifs sont extrêmement corrélées les unes aux autres du fait des politiques de quantitative easing.

Notre philosophie de gestion consiste à offrir de la liquidité à des contreparties avec de bons fondamentaux mais pour lesquelles l’accès au financement est plus difficile que la normale pour des raisons a priori externes.

En tant que prêteur, nous cherchons à prêter là où le rapport emprunteur-prêteur n’est pas totalement déformé par l’abondance de liquidité et où l’explication de la prime de rendement est principalement technique (code postal, taille, secteur…) et externe à l’entreprise emprunteuse. Notre travail consiste à analyser ces facteurs externes et leurs impacts potentiels sur l’entreprise emprunteuse. Le ratio risque/rendement qui en découle est intéressant parce que quasi systématiquement surestimé.

Dans l’univers coté, nous offrons à nos clients une gamme de fonds d’investissement liquides à dominante obligataire, principalement sur les marchés émergents, et répondant à différents niveaux de volatilité et de rendement.

Dans l’univers non coté, IVO Capital Partners se positionne sur la dette privée tant que celle-ci est encore sur un segment de niche de sorte que l’abondance de liquidité ne soit pas encore venue déformer le ratio risque/rendement et/ou que les sous-jacents apportent une décorrélation ou une diversification utile et précieuse pour les portefeuilles. C’est le cas, par exemple, du financement de contentieux juridiques (Litigation Finance) ou plus récemment de la dette privée sur le segment des sociétés en forte croissance (Venture debt).

Litigation finance, Venture debt : concrètement, en quoi consistent ces nouvelles classes d’actifs ?

De nouvelles classes d’actifs émergent : il s’agit d’actifs alternatifs qui répondent à de réels enjeux et besoins pour les emprunteurs tout en apportant des perspectives intéressantes - en termes de rendement et de diversification - aux investisseurs. Entre les deux, il faut des financiers comme nous pour structurer des produits.

- Le financement de contentieux ou litigation finance :

Entré dans les mœurs depuis plusieurs années aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Australie, le financement de contentieux est encore peu connu en France, tant du côté des investisseurs que du côté des utilisateurs potentiels. Il consiste à offrir aux entreprises la possibilité d'externaliser les coûts liés à la conduite de procédures contentieuses ou d'arbitrages. Cet apport de liquidité leur permet de lutter à armes égales avec leurs adversaires sur le plan financier et juridique et d’éviter de mobiliser de fortes sommes d’argent pour faire valoir leurs droits et se consacrer ainsi au financement de leur activité opérationnelle.

En contrepartie de ce financement, les tiers financeurs sont intéressés financièrement à la réussite du procès ou de l’arbitrage. Cette classe d’actifs offre par ailleurs l’avantage d’être décorrélée des autres classes d’actifs, de l’économie mondiale, et même décorrélée en son sein, chaque litige étant spécifique.

- Le financement de sociétés en croissance ou venture debt :

Contrairement aux investisseurs en venture capital, les investisseurs en dette ont du mal à envisager un prêt à une société affichant un EBITDA négatif qu’elle soit en croissance ou pas. Pourtant, ce n’est pas parce qu’une société affiche un EBITDA négatif qu’elle est en mauvaise santé…Une fois les idées reçues dépassées, on constate que la Venture Debt est un outil de financement qui fonctionne avec succès là où il s’est développé, comme par exemple aux États-Unis, car il procure des bénéfices mutuels aux emprunteurs et aux prêteurs.

Pourquoi et comment IVO Capital Partners intègre l’ESG à sa stratégie d’investissement ?

L’investissement responsable n’est pas un effet de mode ou une tendance éphémère. Cette accélération est saine et naturelle pour corriger et réguler les dysfonctionnements du système et le maillon de transmission de l’ESG du philosophique à l’économique est le coût du capital.

Chez IVO nous avons trois niveaux de questionnement relatifs à l’intégration de l’ESG dans nos processus de gestion : i) comment prendre en considération les spécificités liées à la grande hétérogénéité des marchés émergents ii) comment réconcilier des enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux, autrement dit comment être constructif plutôt que punitif lorsque les enjeux environnementaux et sociaux se télescopent iii) comment déployer une gestion ESG cohérente avec une des prérogatives principales du gestionnaire d’actifs qui consiste à avoir une vision prospective.

Pour un investisseur obligataire, la baisse progressive du coût de capital de la société à qui l’on a prêté est synonyme de plus-value. Au même titre que, pour créer de la valeur, nous travaillons pour anticiper les bonnes performances financières et opérationnelles futures d’une entreprise sur les prochaines années, nous devons faire la même chose sur les critères extra-financiers et développer une vision prospective et non statique.

L’une des prérogatives de l’ESG est d’être dans une dynamique d’amélioration continue. Cette prérogative s’est toutefois un peu perdue en 2020 avec une certaine surenchère des approches best in class, best in universe, et même d’exclusion. Si ces approches sont dès aujourd’hui compatibles avec de nombreux produits de gestion, pour d’autres c’est la capacité prospective d’analyse des trajectoires ESG au cours des prochaines années qui est la plus appropriée. Dans les deux cas, les considérations ESG, qu’elles soient statiques ou dynamiques, ont des effets indéniablement positifs et nécessaires. Nous sommes probablement l’industrie la mieux placée pour faire changer les choses et nous prenons cela très à cœur.

Ce contenu a été réalisé en partenariat avec SCRIBEO. La rédaction de BFM BUSINESS n'a pas participé à la réalisation de ce contenu.

en partenariat avec SCRIBEO