BFM Business

Reconfinement: quels sont les commerces qui devraient rester ouverts?

Les librairies resteront ouvertes dans les 16 départements concernés par le nouveau confinement, a déclaré jeudi soir le Premier ministre.

Les librairies resteront ouvertes dans les 16 départements concernés par le nouveau confinement, a déclaré jeudi soir le Premier ministre. - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Seuls les "commerces essentiels" seront autorisés à rester ouverts pendant le nouveau confinement mis en œuvre dès samedi dans 16 départements.

Plus de 100.000 commerces devront fermer leurs portes dès ce samedi dans 16 départements, dont l'Île-de-France. "Seuls les commerces vendant des biens et des services de première nécessité seront autorisés à ouvrir", a déclaré jeudi soir le Premier ministre Jean Castex. En reprenant la liste officielle des "commerces essentiels" établie pour le confinement de l'automne dernier, il est possible de dresser une première liste de ceux qui pourraient être autorisés à rester ouverts – à noter que les libraires ont, en janvier, été ajoutés à cette liste.

Les "commerces essentiels" qui pourraient rester ouverts :

  • les garages automobiles
  • les vendeurs et réparateurs de vélos
  • les loueurs de voitures
  • les stations-service
  • les magasins de bricolage et les quincailleries
  • les supérettes, supermarchés et hypermarchés
  • les magasins de produits surgelés
  • les magasins de fruits et légumes
  • les magasins de produits pour animaux
  • les magasins de fournitures agricoles
  • les boucheries-charcuteries et les poissonneries
  • les boulangeries-pâtisseries et les confiseurs
  • les vendeurs et réparateurs d'ordinateurs et de matériel de télécommunications
  • les bureaux de tabac et les vendeurs de cigarettes électroniques
  • les banques et les assurances
  • les services funéraires
  • les blanchisseries-teintureries
  • les magasins de textiles
  • les libraires et les disquaires
  • les vendeurs de journaux et de papeterie
  • les salons de coiffure, comme annoncé ce vendredi matin par Gabriel Attal
  • les opticiens
  • les pharmacies
  • les vendeurs d'articles médicaux et orthopédiques

La liste, selon les arbitrages du gouvernement, devrait évoluer d'ici la parution de l'arrêté officiel: fleuristes et salons d'esthétique, par exemple, pourraient être concernés. Pour tous les commerces qui resteront fermés, le click-and-collect (commande en ligne et retrait en magasin) restera possible, avait précisé Bercy.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV