BFM Business

Protection sociale: la France plus que jamais championne d’Europe

La France consacre 34,3% de son PIB à la protection sociale.

La France consacre 34,3% de son PIB à la protection sociale. - Philippe Huguen - AFP

La France consacre plus d'un tiers de son PIB au versement des diverses prestations sociales qu'elle offre à ses habitants. Selon l'institut Eurostat, aucun pays de l'Union européenne n'est plus généreux. Et la différence avec ses voisins s'est nettement accrue depuis 2008.

Le sujet ne devrait pas manque d’alimenter les débats de la prochaine campagne présidentielle: la France est-elle trop généreuse en matière de protection sociale? Les derniers chiffres fournis par l'institut de statistiques européen Eurostat montrent en tout cas que ses dépenses en la matière se situent font d'elle le champion d'Europe, puisqu'elles ont représenté 34,3% du PIB national en 2014. Soit bien plus que la moyenne de l’UE (28,7%).

La France fait ainsi plus d'efforts financiers, sur ce plan, que le Danemark (33,5%) et la Finlande (31,9%), les deux pays avec lesquels elle partage le podium depuis des années. 

Un net renforcement depuis 2008

Depuis 2008 -année à l'issue de laquelle a débuté la plus grosse crise financière qu'a connu le monde depuis 1929- les pays européens ont en majorité renforcé leurs dispositifs de protection sociale. Et, en comparaison de l'effort fourni par ses voisins, la France s'est montrée encore plus dépensière, au regard de sa richesse nationale. La part consacrée à l'ensemble de ses allocations, pensions et autres moyens dévolus à l'aide sociale est ainsi passé de 30,4% à 34,3% du PIB en France (soit 3,9 points de plus). Alors que le Royaume-Uni s'est contenté d'une hausse de 1,5 point et l’Allemagne de 2 points. La Finlande, en revanche, a connu une augmentation largement supérieure (+6,8 points).

La France moins généreuse sur les prestations familiales

Pour autant, la France n'est pas championne dans toutes les catégories de prestations sociales qu'elle peut offrir à ses habitants. Au regard des données compilées par Eurostat, il apparaît que les allocations versées aux familles en 2014 représentaient 2% du PIB. C’est bien moins que l’Allemagne (3,1%) ou le Royaume-Uni 2,8%), ou même de la moyenne de l’UE (2,4%), mais plus que l’Espagne (1,3%) ou l’Italie (1,6%). Cette comparaison ne prend néanmoins pas en compte les moyens humains mis à la disposition des parents pour l'éducation de leurs enfants, notamment les crèches qui sont inexistantes dans certains pays.

Yann Duvert avec Emeline Gaube