BFM Business

Pour la défense de Ghosn, l'enquête interne lancée par Nissan "a été conduite dans le but de l'abattre"

Carlos Ghosn.

Carlos Ghosn. - BFMTV

La défense de Carlos Ghosn a fustigé la partialité de l'enquête interne lancée par Nissan, alors que le constructeur automobile entend continuer à poursuivre en justice son ancien patron qu'il accuse de malversations financières.

Les avocats de l'ancien PDG de Renault-Nissan affirment, ce mardi soir, que l'enquête de Nissan "a été lancée et conduite dans le but prémédité d'abattre Carlos Ghosn", afin de "l'empêcher de pousser plus loin l'intégration de Nissan et Renault qui menaçait l'indépendance de Nissan".

Dans un communiqué publié ce mardi soir, l'équipe de défense de l'ex-chef d'entreprise dément que l'enquête interne qui a été lancée au sein de Nissan ait été indépendante, "solide et sérieuse" comme l'assure l'entreprise. Les avocats dénoncent "une perversion grossière de la vérité".

"Des actes d'inconduite" découverts dans l'enquête

"Dès l’origine, l’enquête de Nissan était fondamentalement biaisée et dépourvue d’indépendance", assurent les défenseurs de Carlos Ghosn.

Par ailleurs, l'équipe de défense de l'ex-dirigeant déplore que "Nissan n’ait jamais songé à interroger Monsieur Carlos Ghosn dans le cadre de cette enquête". Et d'ajouter: "Aujourd’hui encore, la société a manqué à son devoir de porter à la connaissance de Monsieur Carlos Ghosn et du public le rapport et les supposées preuves que l’enquête aurait mis à jour". 

Plus tôt dans la journée, le constructeur japonais affirmait avoir "découvert de nombreux actes d'inconduite imputables à Ghosn au terme d'une enquête approfondie". Évoquant notamment des "déclarations inexactes sur sa rémunération et un détournement d'actifs de la société à son profit personnel", le groupe Nissan l'avait dénoncé aux autorités et congédié peu après son arrestation le 18 novembre 2018 à Tokyo.

Jeanne Bulant