BFM Business

Plus besoin de jeton: pourquoi Carrefour supprime les monnayeurs de ses chariots

Des chariots chez Carrefour.

Des chariots chez Carrefour. - AFP

Jugé comme une contrainte par une grande partie des clients, les consigneurs pour chariots ont déjà été supprimés dans 200 magasins du groupe Carrefour.

Vous n'avez pas de pièce de 1 euro et ne retrouvez plus votre jeton. Chez Carrefour ça ne vous empêchera pas de faire vos courses. Depuis quelques mois, l'enseigne a décidé de supprimer les monnayeurs sur ses chariots. Dans un grand nombre d'hypermarchés Carrefour, les chariots ne sont plus attachés entre eux comme c'était le cas encore jusqu'à la fin des années 80.

Une petite révolution dans la distribution qui avait déployé ses systèmes de sécurité dans les années 90 afin de limiter les vols et encourager les clients à remettre le chariot en place une fois les courses faites.

"Siempre si"

Un système efficace mais contraignant pour le client. C'est ce qui est ressorti de nombreuses tables rondes effectuées par le groupe avec des clients pour améliorer le processus d'achat.

"La suppression des chariots à jetons était étonnamment une des premières requêtes des clients, assure-t-on du côté de Carrefour. Avec le Covid, les clients ont davantage payé avec la carte et ont moins de monnaie sur eux. Le nouveau directeur exécutif du groupe Rami Baitiéh a donc voulu tester la suppression des monnayeurs."

En interne, Carrefour appelle ces petites contrariétés des "irritants". Or le nouveau directeur exécutif qui a dirigé les filiales argentines et espagnoles du groupe est adepte de la stratégie dite du "siempre si", autrement dit "dire toujours oui" au client.

Consigne a donc été passé aux directeurs de magasin qui le souhaitent de supprimer les monnayeurs des caddies. Depuis bientôt un an, les hypermarchés du groupe suppriment donc progressivement ces "irritants". A date, ils seraient 200 sur un parc de 230 magasins à les avoir supprimés.

Si les clients sont satisfaits, comment régler les problèmes de vols et d'abandons sur le parking qui avaient poussé les enseignes à adopter ce système? Un chariot de supermarché coûte en moyenne 130 euros et certains supermarchés s'en font voler des centaines chaque année et ce malgré la présence du monnayeur.

Un anti-vol connecté

Pour prévenir les vols, Carrefour va généraliser un système d'antivol sur l'ensemble de son parc. Il s'agit d'un frein situé sur une roue qui la bloque si le chariot dépasse un certain périmètre. Un système sans fil est installé sur le chariot qui communique avec des câbles enterrés sous le parking. Une installation relativement coûteuse (une centaine d'euros) mais qui est rentabilisé dès la deuxième année, assure un directeur de magasin.

Pour faire en sorte que les chariots ne soient pas abandonnés sur le parking, des salariés du magasin font des rondes régulières pour remettre les caddies à leur point d'ancrage.

"Nous n'avons pas un personnel dédié à ça, ce sont les salariés du magasin qui le font à tour de rôle", précise-t-on chez Carrefour.

Créés dans les années 80, les consigneurs pour chariot sont une invention française. La société de serrurie Ronis a même déposé un brevet en 1987 pour protéger son innovation. Un système de caution qui s'est largement répandu dans toute la distribution européenne.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco