BFM Business

Philippe Martinez: "Airbus a 300 commandes de plus qu'il y a un an et licencie, ce n'est pas normal"

Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, était l'invité du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business

Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, était l'invité du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business - Brightcove

Inivité sur BFM Business, le leader de la CGT juge que les plans d'aide ne doivent pas bénéficier aux entreprises qui licencient.

Philippe Martinez ne veut pas de chèque en blanc. Invité sur BFM Business à commenter le plan de relance, le patron de la CGT s'en est pris aux entreprises qui profitaient selon lui des aides de l'Etat pour licencier.

"Il y a presque 60.000 personnes qui sont concernées par les plans sociaux jusqu'à présent et beaucoup d'entreprises profitent de cette crise pour augmenter la productivité", assure Philippe Martinez.

Et le leader de la CGT de citer l'exemple d'Airbus qui a prévu de supprimer 15.000 postes dans le monde, dont 5.000 rien qu'en France. Si Philippe Martinez reconnaît que certaines entreprises sont en difficulté, il estime que l'avionneur n'est pas le plus à plaindre.

"Airbus a 300 commandes de plus que l'année dernière à la même époque, assure le patron de la CGT. Et pourtant Airbus va licencier. On donne de l'argent à des entreprises pour licencier."

Philippe Martinez estime ainsi que l'Etat doit demander des contreparties aux entreprises qu'il soutient.

"Des aides aux entreprises, il y en a depuis des décennies et est-ce que ça bénéficie à l'emploi ou aux salariés? Non aux actionnaires, assure le leader de la CGT. Il faut garantir aujourd'hui l'emploi aux jeunes et des emplois avec des contrats à durée indéterminée."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco