BFM Business

Pétrole: ExxonMobil et Chevron ont évoqué une fusion

La baisse des prix du pétrole impacte Chevron.

La baisse des prix du pétrole impacte Chevron. - Karen Bleier - AFP

Ces discussions "préliminaires" ne sont plus en cours mais celles-ci pourraient reprendre dans le futur, avance le Wall Street Journal.

Les dirigeants d'ExxonMobil et de Chevron ont évoqué l'an passé la possibilité de fusionner alors que les deux géants pétroliers ont été mis à mal par la pandémie, affirme le Wall Street Journal.

Le PDG de Chevron, Mike Wirth, et son homologue d'Exxon, Darren Woods, ont discuté d'une fusion alors que la demande de pétrole et de gaz s'effondrait en raison des mesures de restriction pour endiguer le nouveau coronavirus, selon le journal qui cite des sources proches du dossier.

Ces sources ont ajouté que ces discussions "préliminaires" ne sont plus en cours mais celles-ci pourraient reprendre dans le futur.

La capitalisation boursière combinée des deux entreprises dépasserait les 350 milliards de dollars, a calculé le quotidien économique dont 190 milliards pour ExxonMobil.

Une capitalisation cumulée de 350 milliards de dollars

"Ensemble, les deux géants américains formeraient probablement la deuxième plus grande société pétrolière du monde en termes de capitalisation boursière et de production, produisant environ 7 millions de barils de pétrole et de gaz par jour, sur la base des niveaux prépandémiques, après Saudi Aramco", écrit le WSJ.

Mais une telle fusion pourrait se heurter à la réglementation anticoncurrence.

Pourtant nombre d'experts du secteur estiment qu'une consolidation de l'industrie pétrolière et gazière est nécessaire pour réduire les coûts et aider les entreprises à surmonter le ralentissement consécutif à la pandémie.

De plus, le secteur doit se préparer à un avenir incertain alors que de nombreux pays cherchent à réduire leur dépendance aux énergies fossiles pour lutter contre le changement climatique.

Alors que Joe Biden a d'ores et déjà annoncé le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, les géants pétroliers américains vont aussi être probablement confrontés à une administration démocrate moins favorable à cette industrie.

Chevron avait annoncé vendredi avoir enregistré une perte nette de 5,5 milliards de dollars en 2020, affectée par une forte baisse des prix du brut au début de la pandémie.

OC avec AFP