BFM Business

Ordinateur offert, aides aux entreprises... Le plan du gouvernement pour l'apprentissage

-

- - BILL PUGLIANO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Pour relancer l'économie et lutter contre le chômage, le gouvernement dévoile un plan de soutien à l'apprentissage

"Il faut maintenir notre soutien à l'apprentissage pour que les jeunes ne trouvent pas porte clause à la rentrée de septembre." Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire vient de dévoiler un plan de relancer économique et de l'emploi. Et l'apprentissage, déjà au coeur de la stratégie de l'emploi depuis le début du quinquennat, jouera un rôle important dans cettev stratégie.

Le plan apprentissage dévoilé à l'issue d'une rencontre avec les partenaires sociaux à l'Elysée disposera d'un budget supérieur à un milliard d'euros.

Il comprendra quatre principales mesures: 

Aides aux entreprises

D'abord, des aides aux entreprises pour qu'elles embauchent des apprentis. Elles s'élèveront à 5000 euros pour les mineurs et 8000 euros pour les majeurs. Elles concerneront les embauches des personnes titulaires de CAP et licence professionnelle. Cette aide sera effective à partir du 1er juillet et ce jusqu'au 28 février. Elle sera sans condition pour les entreprises de moins de 250 salariés et sous conditions pour les entreprises de plus de 250 salariés (il faudra avoir au moins 5% d’alternants d’ici 2021). Un apprenti ne représentera donc aucun coût (salaire et charges sociales) jusqu’à ses 20 ans.

Plus de temps pour trouver un stage

Ensuite les jeunes auront 6 mois pour trouver un contrat au lieu de 3 aujourd’hui. Un apprenti qui s’inscrit en septembre en CFA aura jusqu’au 28 février pour trouver une entreprise.

Un ordinateur portable pour les apprentis

Troisième mesure: tous les apprentis de France seront dotés par l'Etat d’un ordinateur portable.

Une offre certaine en Parcoursup

Enfin dernière mesure: chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup pour aller en apprentissage se verra offrir au moins une offre d’apprentissage.

L'apprentissage qui a cru de 16% depuis le début du quinquennat reste donc au coeur de la stratégie du gouvernement pour faciliter l'accès à l'emploi.

Le gouvernement a dévoilé par ailleurs un calendrier de mesures et de discussions à venir pour lutter contre le chômage.

Sur l'activité partielle d'abord. Le président va demander de mener une concertation dès la semaine prochaine. Elle devrait aboutir sur la définition de nouveaux critères d'un régime d’activité partielle (le niveau de prise en charge notamment). Un régime appelé à ne plus changer d'ici la fin du quinquennat. Un nouveau régime partiel longue durée devrait aussi être proposé. Ces deux régimes seront présentés autour du 15 juin.

Aider les 700.000 jeunes qui sortent du système scolaire

Concernant l'assurance chômage, Emmanuel Macron a demandé à Muriel Pénicaud d’ouvrir des discussions mi-juin avec les partenaires sociaux afin d'adapter les mesures initialement prévues au contexte actuel. 

Sur l'emploi des jeunes, le gouvernement annonce le lancement de discussions à partir de la mi-juin sur un plan de relance de l’emploi des jeunes. 700.000 jeunes qui sortent du système scolaire devraient être aidés avec une batterie de mesures pour avoir des réponses différenciées en fonction du parcours et de la région.

Le dernier point concerne la formation. Muriel Pénicaud va travailler avec Bercy pour construire un plan de relance de la formation professionnelle pour être en cohérence avec le plan de relance économique. Ce plan sera présenté le même moment que le plan de relance économique

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco