BFM Eco

Nouveau record pour l'apprentissage

Avec 330.000 nouveaux contrats enregistrés et 200 nouveaux CFA ouverts en 2019, l'apprentissage ne s'est jamais aussi bien porté. Le gouvernement loue les effets de sa loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel votée en septembre 2018.

L’image de l’apprentissage s’améliore. Selon les chiffres du Ministère du Travail dévoilés ce lundi par Le Parisien, près de 330.000 nouveaux contrats d’apprentissage ont été enregistrés entre juin 2018 et juin 2019. Sur un an, la hausse devrait avoisiner les 10%. Un record pour ce système d'alternance entre formation théorique et professionnelle, longtemps considéré comme "une voie de garage". Au total, le nombre d'apprentis a augmenté de 4,8% depuis fin 2018. L’administration en recensait ainsi 458.000 en juin 2019.

200 nouveaux CFA

Pour expliquer ce regain d’intérêt pour l’apprentissage, le gouvernement met en avant sa loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel votée en septembre 2018. Celle-ci contient de nombreuses mesures visant à faciliter l’accès à l’apprentissage. Parmi elles, la possibilité d’être apprenti jusqu’à 29 ans, l’implication des branches professionnelles dans la définition des diplômes délivrés ou encore la simplification de la création de centres de formation d’apprentis (CFA) par les entreprises.

Ainsi, 200 nouveaux (CFA) ont été enregistrés en plus des 965 déjà existants depuis l’entrée en vigueur de la loi. Plus de 350 demandes d’ouverture de centres sont également en cours de traitement.

L'apprentissage, voie d'excellence vers l'emploi

"Cette réforme a permis de lever tous les freins, qu’ils soient administratifs, financiers, réglementaires ou culturels. L’apprentissage, c’est la garantie pour les jeunes d’avoir un travail qualifié avec des perspectives d’évolution", assure Muriel Pénicaud dans Le Parisien.

Et pour cause, près de sept apprentis sur dix (69%) décrochent un emploi dans les sept mois suivant leur formation. Ce chiffre atteignait 55% en 2013. Et même 82% pour les apprentis en Bac pro et 88% pour ceux qui visent le BTS.

Problème, les dispositifs facilitant l’accès à l’apprentissage profitent davantage aux jeunes les plus diplômés. En effet, le nombre d’apprentis en master et grandes écoles a augmenté de 10,6% par an depuis 2005 alors qu’il a baissé de 1,5% chez les étudiants en bac pro ou CAP.

Paul Louis