BFM Business

L’ICO, un nouveau mode de financement participatif basé sur la blockchain

-

- - -

L’ICO est un mode de financement participatif en forte croissance. Il se base sur l’émission de « tokens » ou jetons numériques via la technologie de la blockchain. La société Atayen a décidé de lancer une ICO pour financer son projet de création d’une blockchain de la publicité. Son fondateur, Gauthier Bros, nous donne plus de précisions sur ce sujet.

Une ICO ou « Initial Coin Offering » est la vente anticipée de tokens pour récolter de l’argent et développer un projet. Elle intéresse aussi bien les entreprises souhaitant lancer leur propre blockchain que par celles recherchant des smart contracts pour fluidifier leurs transactions. Ce moyen de financement se développant de manière exponentielle, une nette distinction se fait aujourd’hui entre les projets souhaitant lever rapidement de l’argent et ceux basés sur la blockchain. Les ICO présentent toutefois des risques. Les entreprises qui y ont recours peuvent être requalifiées en appel public à l’épargne et soumises à l’AMF ou à la SEC. Les acheteurs de tokens quant à eux peuvent acquérir des jetons qui perdront de la valeur. Même s’il n’existe pas encore de réglementation précise sur les ICO, elles sont passibles de sanctions juridiques.

Pour Atayen, société spécialisée dans la création d’applications, le développement a été très rapide. Suite à la création d’un premier formulaire de contact à destination des pages entreprise sur Facebook, ses utilisateurs sont devenus de plus en plus nombreux. Rapidement adoptée par Facebook, l’application « Iframe » a aussi contribué à l’essor de la société. Actuellement, 1 million de personnes et 4 millions d’entreprises s’en servent. Atayen a opté pour une ICO afin de développer son projet de création de blockchain de la publicité, soit la mise en place d’une base de registres décentralisés réunissant les offres de publicité, depuis l’appel d’offres jusqu’au paiement sur la blockchain.

Contenus réalisés par les équipes de MEDIAS FRANCE.

Le Tête à Tête Décideurs