BFM Eco

Médecine: les consultations par téléphone ne sont plus remboursées

La téléconsultation a connu un essor avec l'épidémie

La téléconsultation a connu un essor avec l'épidémie - Eric Estrade-AFP

Pour faciliter l’accès aux soins lors de la pandémie, les médecins pouvaient réaliser des consultations par téléphone pour les patients sans moyen vidéo. Mais la dérogation permettant leur prise en charge par l’Assurance maladie a pris fin.

L’épidémie de coronavirus et le confinement ont poussé le gouvernement à revoir le parcours de soins. La médecine à distance a été très sollicitée pour permettre un suivi des patients et la prise en charge des malades atteints du Covid 19.

Pour réduire les inégalités technologiques, les textes réglementaires ont été modifiés le 4 avril pour permettre la prise en charge des consultations à distance par téléphone. Mais pour que ces consultations vocales soient remboursées, le patient devait répondre à certains critères, comme celui d’être âgé de plus de 70 ans, d’être atteint d’une affection grave de longue durée ou d’etre atteints par le Covid- 19. Les personnes n’ayant pas de connexion internet (ou de qualité insuffisante pour la vidéo) ou n’ayant ni ordinateur ni smartphone pouvaient aussi passer par le téléphone.

Mais ces mesures dérogatoires ont pris fin avec la levée de l’état d’urgence, au grand dam de certains médecins, comme le souligne le site spécialisé généraliste.fr. Les professionnels de santé s’inquiètent pour leurs patients en milieu rural, les plus exposés aux déserts médicaux. Pour que ces personnes puissent toujours bénéficier de la prise en charge de la cosnulation, il leur restera la solution de se rendre dans une pharmacie qui dispose des équipements vidéos pour la pratique de la télémédecine.

Accélérer le déploiement de la télémédecine

Autre conséquence de la fin de l’urgence sanitaire: des assouplissements permettant le remboursement des consultations par visioconférence ne sont plus à l’ordre du jour. Par exemple, un patient pouvait faire appel à un médecin autre que son médecin traitant pour se faire soigner, ce qui n’est plus le cas.

L’épidémie a en tout cas permis de familiariser une partie des Français avec la télémédecine. Après un boom des téléconsultations lors du confinement, avec près d'un million réalisées par semaine en avril, leur nombre a progressivement reculé pour atteindre 650.000 selon les chiffres de l'Assurance maladie. Mais le ministre de la santé Olivier Veran souhaite que cette pratique soit définitivement inscrite dans le quotidien des Français. Dans un tweet publié hier 21 juillet, il s’engage "à accélerer son déploiement , à en simplifier l’accès et à ce que les téléconsultations soient remboursées à 100%" .

Coralie Cathelinais Journaliste BFM Éco