BFM Eco

Masques obligatoires: comment éviter de faire exploser votre budget

Un homme portant un masque le 20 juillet 2020 à Lille, dans le nord de la France. Le  port du masque est obligatoire en France dans les espaces clos depuis ce lundi

Un homme portant un masque le 20 juillet 2020 à Lille, dans le nord de la France. Le port du masque est obligatoire en France dans les espaces clos depuis ce lundi - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Le port du masque est, depuis ce 20 juillet, obligatoire dans les lieux publics clos. Le budget à prévoir pour faire face à cette obligation peut vite s'envoler si on n'y prend garde. D'où l'importance de bien regarder les étiquettes. Explications.

Le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics clos. Alors que les Français ont recommencé à sortir, voyager et faire du shopping, ce moyen de protection peut vite devenir une source de dépenses très conséquente. Plus importantes en tout cas que nos estimations réalisées alors que les restaurants ou encore cinémas étaient toujours fermés.

A deux masques chirurgicaux par jour et par personne dans une famille de quatre: la consommation va grimper à 240 masques à usage unique par mois! Comment faire pour ne pas exploser son budget?

> Masques chirurgicaux: privilégier les petits prix

On est loin de la pénurie pour les masques à usage unique. Selon un spécialiste du matériel médical que nous avons interrogé, “il y a du stock partout dans le pays”. Pas d’inquiétudes, selon lui, à avoir “au moins pour les 3 ou 4 prochaines semaines”. Même si le marché reste tendu. "

Les prix ne baissent pas, et on paye toujours les masques chirurgicaux trois ou quatre fois le prix qu'on les payait il y a six mois", constate-t-il.

Mais pour le moment, malgré une hausse de la demande ces derniers jours, les commandes des revendeurs et des magasins auprès des importateurs et des fabricants sont honorées. Résultat: on trouve des masques partout à des prix nettement inférieurs à 95 centimes, le prix plafond déterminé en mai par le gouvernement.

Par exemple, dans les grandes enseignes comme Auchan, Leclerc, Système U ou Carrefour on peut trouver des boites de 50 masques autour de 25 euros, soit 51 centimes l'unité.

Pour un couple, avec deux enfants de plus de onze ans, qui sortent tous très souvent dans des lieux clos ou utilisent les transports en commun, il faut compter deux masques par jour et par personne. A 51 centimes l'unité, le budget se limite à 120 euros, contre 230 euros avec des masques vendus 95 centimes. Mëme pour un célibataire utilisant lui aussi deux masques par jour, il faut prévoir un budget d'environ 30 euros, contre 57 euros avec des masques à 95 centimes, et pour un couple, 60 euros contre près de 115 euros.

Masques chirurgicaux : des prix du simple au double
Masques chirurgicaux : des prix du simple au double © BFMTV

> Masques tissus: attention au nombre de lavage !

Les masques tissus vendus dans le commerce doivent respecter la norme Afnor qui préconise un nombre de lavages maximal selon les masques qui va de 5 à 20, voire plus. Passé ce plafond, le masque perd de son efficacité et ne doit plus être utilisé. Il est donc important de bien regarder l’étiquette et ce logo:

Les masques homologués Afnor affichent ce logo
Les masques homologués Afnor affichent ce logo © DR

Pour les masques tissus, il n'y a pas d'encadrement des prix. Mais on trouve des masques autour de 3 euros en grande distribution. Mais il faut bien regarder ce logo, car un masque acheté à ce prix qui pourra etre lavé cinq fois reviendra au final deux fois plus cher qu’un masque du meme prix pouvant être lavé dix fois! Certains affichent meme un logo "lavable 50 fois". Nous avons pu en trouver à 7.90 euros sur internet, soit un cout d'utilisation de 16 centimes.

Ainsi un célibataire optant ce masque devra en acheter au moins deux pour assurer une rotation des lavages. Il pourra les utiliser quasiment deux mois, soit un budget mensuel de moins de 8 euros. Si par contre, il choisi des masques "lavables dix fois" à 3 euros pièce, il devra pour un mois d'utilisation, en acheter six, soit un budget mensuel de 18 euros.

Une famille de quatre devra en acheter elle moins d'une dizaine pour deux mois, soit un budget de moins de 40 euros par mois, contre 24 masques "lavables 10 fois" à 3 euros pour un coût de 72 euros par mois.

certains masques sont lavables 50 fois !
certains masques sont lavables 50 fois ! © bfmtv

> A vos machines à coudre!

Si vous avez la chance d’en posséder une (et le talent nécessaire) vous pouvez aussi coudre vous-meme vos masques. Si vous voulez être sûr d’utiliser le bon tissu et d’utiliser un patron adapté, vous pouvez d’ailleurs vous tourner vers des kits comprenant le tissu et les élastiques, vendus à différents prix, comme par exemple moins de 16 euros pour réaliser 10 masques repéré sur un autre site de vente en ligne.

> Les masques en plastique réutilisables

Différents fabricants proposent également des masques en plastique ou seul le filtre doit être changé. Michelin par exemple propose le Ocov vendu autour de 26 euros avec un sachet de cinq filtres. Playmobil a également mis en vente un masque en plastique, ou seul le filtre est à changer.

En octobre, deux entreprises de Haute-Savoie mettront sur le marché un masque réutilisable à vie et transparent. Il coûtera environ 150 euros. Beaucoup plus onéreux qu'un masque à usage unique, il a l'avantage de pouvoir se stocker plusieurs dizaines d'années sans perdre ses propriétés.

> Des masques distribués gratuitement

Au début du déconfinement, certaines communes ou département ont organisé des distributions de masques gratuits. Et d'autres distributions sont à attendre dans certaines collectivités. Par exemple, la Moselle va distribuer dans les prochains jours deux masques par habitant ou encore l'Eure qui va organiser également une campagne.

Pour les personnes les plus précaires, le ministère de la Santé précise que des masques grand public seront distribués gratuitement "dès la semaine prochaine". "Les publics ciblés sont ceux qui bénéficient de l’Aide médicale d’Etat et de la complémentaire santé solidaire et les contacts habituels des associations d’aide aux plus vulnérables".

https://twitter.com/AnneKatell Anne-Katell Mousset Rédactrice en chef adjointe BFM Éco