BFM Business

Les syndicats et le patronat chargés d’encadrer le télétravail sous 15 jours

-

- - Pixabay

Mis en place dans l’urgence, le télétravail non-encadré pose problème dans certaines entreprises. La CFTC indique ce jeudi que Matignon a donné 15 jours aux partenaires sociaux pour émettre des “consignes fortes” afin d’éviter les dérives.

Les partenaires sociaux vont plancher "dans un délai de 15 jours" sur des "consignes fortes" pour le télétravail, pour éviter les dérives, avant, "peut-être", une négociation interprofessionnelle, a déclaré Cyril Chabanier, le président de la CFTC, à l'issue d'une visioconférence jeudi à Matignon.

Lors de cet échange entre Édouard Philippe et les partenaires sociaux, "on a été nombreux à demander qu'il y ait une discussion et quelques clarifications sur le télétravail".

"Le Premier ministre l'a reconnu aussi, parce que dans les endroits où il y a eu des accords de télétravail ça se passe bien, dans toutes les autres boîtes, ça pose beaucoup de questions. L'application et la mise en place du télétravail interroge beaucoup", a-t-il ajouté.

Bientôt un accord interprofessionnel?

"L'idée qui a été retenue aujourd'hui - on va voir la réponse de la ministre du Travail mardi - c'est dans un premier temps, dans un délai de 15 jours, sortir des clarifications, ou des grandes lignes, ou des consignes fortes, pour parer aux problématiques urgentes", a-t-il détaillé. 

"Dans un deuxième temps, les partenaires sociaux vont peut-être continuer sur des négociations pour arriver à un accord interprofessionnel", a-t-il ajouté. Comme on lui demandait si tous les partenaires sociaux étaient sur la même ligne, il a répondu: "Il n'y a pas eu de réactions négatives".

N.G. avec AFP