BFM Business

Les Français craignent des hausses d'impôt à cause de la crise

Les investisseurs devraient mieux anticiper le risque lié au blanchiment d'argent

Les investisseurs devraient mieux anticiper le risque lié au blanchiment d'argent - Andreas Lischka/Pixabay

Face à une situation économique qu’ils prévoient dégradée, les Français s’attendent à une hausse des impôts et jugent les promesses des ministres peu crédibles.

"Augmenter la fiscalité serait contre-productif." La promesse de Gérald Darmanin et de Bruno Le Maire de ne pas augmenter les impôts pour surmonter la crise, les Français n'y croient pas. 

Selon un sondage Elabe pour Les Echos, l'Institut Montaigne et Radio Classique, les Français s’attendent à des hausses d'impôts. Pour 77% d'entre eux, les annonces des ministres affirmant qu’il n’y aura pas d’augmentation ne sont pas crédibles. A l’inverse, ils ne sont que 23% à les juger crédibles.

Pour autant, les Français ne sont pas contre de nouvelles taxes qui concerneraient les entreprises et les foyers aisés. Pour financer la relance économique, ils privilégient la taxation des entreprises du numérique et une hausse d’impôts pour les foyers les plus aisés.

Pas de nouvelle taxe sauf sur les riches

De manière générale, les mesures de taxation des plus riches sont jugées les plus efficaces par les Français pour financer la relance économique. Ainsi 85% des Français pensent que taxer les géants du numériques (Google, Apple, Amazon, Microsoft) constitue une mesure efficace pour financer la relance économique.

En ce qui concerne les foyers, ils sont aussi favorables au rétablissement de l'ISF. Sept Français sur 10 considèrent que cette mesure serait efficace pour surmonter la crise. Il sont aussi 68% à penser qu'une contribution exceptionnelle limitée dans le temps sur les foyers aisés serait une mesure aussi efficace. En revanche, seuls 27% des Français estiment qu’augmenter l’impôt sur le revenu de tous les ménages y compris, exceptionnellement, faire payer l’impôt sur le revenu aux ménages les moins aisés qui n’en payent pas aujourd’hui serait une mesure efficace pour financer la relance économique.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco