BFM Business

Les complémentaires santé vont rembourser des consultations de psychologues

Les complémentaires santé vont rembourser des consultations de psychologues

Les complémentaires santé vont rembourser des consultations de psychologues - Helga Weber - Flickr - CC

Le nombre de séances prises en charge sera en revanche limité, le tout dans la limite de 60 euros par séance.

Les fédérations de mutuelles, assurances santé et institutions de prévoyance ont annoncé lundi la prise en charge de plusieurs consultations de psychologues par an, sur prescription médicale et "dans la limite de 60 euros par séance".

Les complémentaires santé prennent les devants, alors qu'une réunion de ministres "sur la santé mentale" était prévue lundi après-midi à Matignon.

Leurs trois fédérations ont décidé de concert de généraliser le remboursement "dès le premier euro" des psychologues libéraux, "sur orientation médicale".

Pour les mutuelles, "un minimum de quatre séances par année pourra être pris en charge dans une limite de 60 euros par séance", précise la Mutualité française dans un communiqué.

Même tarif pour les assureurs, qui ne s'engagent toutefois à rembourser que "jusqu'à quatre consultations" par an, indique la Fédération française de l'assurance (FFA).

Pas de mise en vigueur immédiate

Les institutions de prévoyance (CTIP), spécialisées dans les contrats d'entreprises, promettent également de "renforcer leur dispositif de prise en charge des consultations de psychologues".

Cette initiative n'entrera toutefois pas immédiatement en vigueur: les trois fédérations souhaitent d'abord "initier un échange" avec les syndicats de médecins et de psychologues.

Ces derniers ne sont pour l'heure pas pris en charge par la Sécu, même si l'Assurance maladie teste depuis deux ans un remboursement - sur prescription du médecin traitant - dans quatre départements (Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Landes, Morbihan).

Un schéma encouragé par la Cour des comptes, qui recommandait dans un rapport en février de le "généraliser dès que possible".

Une urgence aggravée par le Covid-19: près des deux tiers des 18-25 ans (61%) estiment que la crise sanitaire "aura des conséquences négatives sur leur santé mentale", selon un sondage réalisé en janvier par l'institut Ipsos pour la Fondation FondaMental, réseau de chercheurs sur les maladies psychiatriques.

Interrogés spontanément, près d'un jeune sur trois (32%) déclare être personnellement concerné par au moins un des troubles suggérés: dépression, anorexie, troubles obsessionnels compulsifs, phobies, troubles anxieux, etc.

T.L avec AFP