BFM Eco

Les chantiers économiques qui attendent Jean Castex, le nouveau Premier ministre

Jean Castex le 19 mai 2020 à Paris

Jean Castex le 19 mai 2020 à Paris - GONZALO FUENTES © 2019 AFP

Réformes structurelles et relance économique sur fond de crise économique à l'ampleur inédite. Le nouveau Premier ministre Jean Castex va trouver de nombreux dossiers sur son bureau de Matignon.

"Je suis à la tête d’un Etat en faillite." Jean Castex aura peut-être en tête la phrase de François Fillon prononcée en 2007 lors de son arrivée à Matignon. Car le nouveau Premier ministre va récupérer une économie fracassée par la crise du Covid-19.

Un taux de croissance négatif en 2020 de plus de 10%, jamais vu depuis la seconde guerre mondiale. Un chômage qui devrait grimper à plus de 10% de la population active d’ici la fin de l’année contre un peu plus de 8% en début d’année. Mais aussi des finances publiques jugées calamiteuses par la Cour des comptes. Le déficit public devrait atteindre 10% du PIB cette année contre 3% l’année dernière. Et la dette va atteindre des sommets : 119% du PIB selon la Banque de France, soit près de 40.000 euros par Français.

Le Premier ministre aura pour mission de relancer l'économie. Avec de nombreux problèmes urgents à régler. A la rentrée, 700.000 jeunes vont arriver sur le marché du travail dans un tourbillon de plans sociaux. Le gouvernement pourrait envisager des primes à l’embauche, c’est-à-dire des baisses de charge pour l’embauche d’un jeune diplômé.

Surtout le gouvernement va devoir plancher sur la restauration de la compétitivité après la crise du Covid qui a mis en lumière la dépendance industrielle du pays. Celle pourrait passer par un grand programme industriel avec des aides sectorielles (automobile, aéronautique, agroalimentaire).

Travailler plus mais pas de hausse d'impôts

Mais pour restaurer la compétitivité, Emmanuel Macron ne devrait guère faire évoluer son logiciel si l'on en juge par son interview à son interview à la presse régionale. Cela pourrait passer par une baisse des impôts de production (sur le chiffre d’affaires) qui sont en France sept fois plus élevés qu’en Allemagne.

Mais le gouvernement devra aussi mener à bien des reformes structurelles quer le chef de l'Etat ne compte pas abandonner. Comme celle des retraites. Le président souhaite que la réforme par points entre en application, elle pourrait être votée cette année. Emmanuel Macron a rappelé que les Français doivent travailler plus longtemps. On peut donc s’attendre à un allongement de la durée de cotisation.

Travailler plus longtemps ou travailler plus

Si le gouvernement assurait ne pas vouloir revenir sur les 35 heures, il pourrait donner un nouveau coup de canif comme l’avait fait la loi Pénicaud en abaissant le coût des heures supplémentaires. Enfin, pour rembourser la dette, Emmanuel Macron l'a promis: il n'y aura pas de hausse de la fiscalité. La solution sera donc de passer par des réductions de coût et du train de vie de l’Etat, même si l’exécutif après la crise du Covid à l’hôpital ne se risque pas à l’évoquer ouvertement.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco