BFM Business

Lemoyne: "Il faut se préparer au changement de comportement du touriste"

Jean-Baptiste Lemoyne.

Jean-Baptiste Lemoyne. - JOEL SAGET / AFP

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre des affaires étrangères, a expliqué sur BFMTV ce vendredi que l’épidémie va modifier profondément les besoins des touristes.

Fini le tourisme de masse, avec le monde entier qui se réunit sur la même plage? Quand les avions voleront à nouveau et que le monde se déconfinera, le tourisme va reprendre "dans un premier temps à proximité", a estimé Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur BFMTV ce vendredi.

"On le voit en Chine, où l’activité est en train de reprendre. Nos acteurs touristiques exposés comme le Club Med ou Louvre Hotels nous le disent bien: il y a des changements de comportement du touriste: vouloir rester plus près de ses bases, également une demande de propreté, de transparence, d’accès aux soins, beaucoup plus importante”, souligne le secrétaire d’Etat.

Impossible de donner des dates précises

Jean-Baptiste Lemoyne s’est donc adressé aux entreprises françaises de ce secteur, qui anticipent un manque à gagner de 10 milliards d’euros pour le seul mois d’avril: "il faut aussi se préparer à ces changements. Cette crise ne va pas nous laisser indemne, ça va peut-être être l’occasion de changer une partie de notre tourisme et de faire appel à notre tourisme national, qui est déjà un moteur" puisque les deux tiers des recettes touristiques françaises en sont issues, a prévenu le secrétaire d’Etat. 

En revanche, impossible de donner une date précise de reprise aux professionnels, qui la réclament à cors et à cris pour préparer la saison estivale: “la progression de l’épidémie est évolutive, donc les réponses, les mesures, doivent également s’adapter à ces évolutions, c’est pourquoi il n’est pas possible de donner un horizon, des dates précises”, a développé Jean-Baptiste Lemoyne. Mais il va continuer, comme chaque mardi, de réunir les acteurs de la filière et de “les tenir informés”.

A propos des rapatriements de Français de l’étranger, le secrétaire d’Etat a indiqué que “131.000 Français ont pu rentrer depuis le 19 mars”, ce qui a représenté une “considérable opération logistique”. Il reste encore “10.000 Français encore bloqués en Amérique latine, en Asie et en Océanie”, que le gouvernement espère récupérer dans les prochains jours. 

Jean-Baptiste Lemoyne a par ailleurs détaillé la situation des Français présent à bord du Zaandam, ce navire de croisière qui vient d’aborder en Floride après avoir erré des jours en mer, empêché d’accoster partout. “Les Américains distinguent trois cas : les cas graves -une de nos compatriotes est dans ce cas- qui vont être pris en charge localement, les cas qui manifestent quelques symptômes et qui vont rester en quatorzaine sur le bateau, et enfin les personnes qui n’ont aucun symptôme et vont reprendre des avions dans quelques heures pour rejoindre le continent européen”.

Nina Godart