BFM Business

Le patron d'Orange met en garde contre une éventuelle interdiction de la 5G dans les aéroports

Stéphane Richard a fait une promesse devant les actionnaires.

Stéphane Richard a fait une promesse devant les actionnaires. - Eric Piermont - AFP

Dans une interview aux Echos, Stéphane Richard, PDG d'Orange, est notamment revenu sur la polémique lancée par l'aviation civile sur le déploiement de la technologie 5G près des aéroports.

Les aéroports français seront-ils privés de 5G? La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a lancé une polémique la semaine dernière soulignant que les nouvelles antennes télécom pourraient perturber les systèmes de guidage des avions.

Une controverse de dernière minute qui n'a pas manqué d'agacer le PDG d'Orange, Stéphane Richard. "Il est clair que l'on aurait pu avertir les opérateurs télécoms avant. Personne ne nous a rien dit!", critique-il dans une interview ce jeudi aux Echos.

Ce qui est étonnant c'est que seuls les aéroports français semblent concernés. En Roumanie, où nous avons déjà déployé la 5G, il n'y a aucun problème, ni ailleurs en Europe. Si l'on nous interdit de couvrir Roissy en 5G, cela va être un sujet, indique-t-il, même si le patron se veut rassurant. Je suis convaincu que nous trouverons une solution à ce faux problème très rapidement".

Les opérateurs sont vent debout contre une éventuelle interdiction des antennes près des aéroports et donc, forcément, l'agglomération qui les entourent. Selon Les Echos, SFR (groupe Altice, également propriétaire de BFM Business et BFMTV) menacerait "de ne pas verser les 118 millions d'euros dus à l'État tant que la situation n'est pas résolue". De son côté, Bouygues Telecom exigerait d'être indemnisé "à proportion de ces nouvelles contraintes".

Les atouts de la 5G

Invité lundi sur BFM Business, le président de SITA Europe, fournisseur de services de communications à l'industrie aéronautique, Sergio Colella, avait présenté tous les avantages que peut apporter la 5G dans les aéroports. Parmi les applications, il évoquait notamment "des véhicules autonomes sur les tarmacs", "faire communiquer dans l'internet des choses, un nombre important d'actifs, de machines et donc d'optimiser au mieux l'aéroport".

Lui aussi se veut rassurant concernant la polémique sur la 5G.

Il faut sécuriser cet aspect évidemment car dans le secteur aérien il y a une ardente volonté de sécurité, a-t-il souligné. On avait eu des questions similaires lorsque la 3G et la 4G sont arrivées. Moi je pense que les aéroports ont connu la 2G, la 3G, la 4G et demain ou après-demain, en fonction de ces éléments, ils connaîtront la 5G."
Thomas Leroy Journaliste BFM Business