BFM Business

La start-up française R-PUR et ses masques anti-pollution affiche une croissance fulgurante

La start-up R-PUR a vu son activité bondir avec la crise sanitaire. Elle propose des masques anti-pollution haut de gamme, à 130 euros. Ils seraient dix fois plus protecteurs que la norme FFP3.

Avec la crise sanitaire, la start-up R-PUR connaît une croissance fulgurante. Elle commercialise des masques anti-pollution haut de gamme. Il a fallu deux ans et demi de recherche et de développement pour arriver au masque parfait, le plus imperméable à la pollution possible.

"C'est une technologie multi-couches. On va utiliser différentes couches de matériaux qui vont subir des traitements bien spécifiques, parfois chimiques, électriques et même au plasma. Ces couches vont ensuite être assemblées" de façon à protéger celui qui porte le masque, tout en lui permettant de respirer correctement, explique à BFM Business Matthieu Lecuyer, co-fondateur de la start-up lancée en 2014.

Ces masques anti-pollution sont commercialisés depuis 2016. Ils sont destinés aux utilisateurs de deux roues et aux sportifs. Chacun est équipé d'un filtre rechargable, à changer toutes les 6 à 8 semaines. Le masque coûte autour de 130 euros.

Un masque 10 fois plus protecteur que la norme FFP3

Les masques R-PUR ont rapidement trouvé leur public. Fin 2019, la start-up comptait 40.000 clients dans plus de 45 pays. Mais la crise sanitaire a poussé l'entreprise à s'adapter et à fabriquer de nouveaux types de masques.

"On a été très sollicité pour fabriquer des masques à grande échelle. Mais on est sur des masques très technologiques qui vont coûter trop cher à fabriquer à grande échelle", détaille Matthieu Lecuyer.

Le co-fondateur de la start-up ne s'en cache pas, son entreprise a été un peu débordée en 2020. Il y a au bien sûr la fabrication de masques FFP2 mais la demande a aussi très forte pour les masques anti-pollution, dix fois plus protecteurs que que la norme FFP3.

Résultat, R-PUR s'est retrouvé à plusieurs reprises en rupture de stock. "Il y a eu une transformation significative du marché. Les gens n'ont plus peur de porter des masques. C'est intéressant aujourd'hui de proposer un produit séduisant et customisable, à l'image de son propriétaire", ajoute Matthieu Lecuyer.

En 2020, R-PUR a réalisé un peu plus de 7 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 1,2 million d'euros l'année précédente. Pour répondre à la demande, la start-up construit une nouvelle usine dans le sud de Paris. Elle va lancer prochainement un masque destiné aux piétons et aux enfants. Autre objectif cette année: partir à la conquête de l'Asie.

Justine Vassogne et P.D.