BFM Business

La spirale infernale de l'industrie pétrolière

Certains pétroles cotent à prix négatifs

Certains pétroles cotent à prix négatifs - AFP

Les résultats des compagnies pétrolières tombent les uns après les autres et ils sont tous catastrophiques. La crise a fait plonger la demande en pétrole l'an dernier et remet en cause les perspectives de tout le secteur.

20 milliards de pertes en 2020 pour le britannique BP, 5,5 milliards pour Chevron. Et plus de 20 milliards sur le 4e trimestre seulement (!) pour l'américain Exxon...

La pandémie bouleverse tous les scénarios envisagés par l'industrie pétrolière. Alors que la plupart des experts s'accordaient sur une hausse de la demande au moins jusqu'en 2040, certains estiment désormais que l'inflexion se rapproche. C'est le cas de l'agence internationale de l'énergie.

Le pétrolier britannique BP considère même que la consommation de pétrole a déjà atteint son pic. Face au réchauffement climatique, de nombreux pays réduisent aujourd'hui leur dépendance aux énergies fossiles. Une transition accélérée par la crise actuelle et qui remet en cause le modèle des compagnies, selon le spécialiste des matières premières Alexandre Andlauer.

Mutation

"L'accélération dans le renouvelable est quelque part un danger. Parce que ça va beaucoup trop vite pour ces sociétés, qui ont fait la même chose pendant plus d'un demi-siècle, ce sont des sociétés avec plus de 100.000 salariés", explique-t-il.

Les pétroliers accélèrent malgré tout leur mutation. Total multiplie les acquisitions dans le renouvelable et vise la neutralité carbone en 2050. BP compte lui multiplier par dix ses investissements dans le bas carbone d'ici 2030. Même les majors américaines, bien plus réticentes au changement, s'y mettent aussi. Exxon vient d'annoncer un investissement de 3 milliards de dollars dans les technologies faibles émissions d'ici 2025.

Le covid-19 a accéléré le déclin des pétroliers, avec la baisse des prix du pétrole mais aussi différentes décisions politiques visant à accélérer la transition énergétique dans le renouvelable. Traditionnellement, on observe une corrélation entre croissance et consommation de pétrole. La question est de savoir quel sera le scénario d'après-crise.

Raphaël Couderc avec OC