BFM Business

La crise sanitaire a fait perdre plus de 30 milliards de dollars à l'industrie du concert en 2020

Matt Pokora va donner un concert en streaming devant des dizaines de milliers de personnes.

Matt Pokora va donner un concert en streaming devant des dizaines de milliers de personnes. - AFP

L'interdiction de la musique live dans de nombreux pays a fait lourdement chuter tout le secteur de la scène.

Des chiffres qui font tourner la tête. Selon la publication spécialisée Pollstar, l'industrie du concert a perdu plus de 30 milliards de dollars en 2020, en raison des annulations en cascade des différents évènements dans la plupart des pays dans le monde. Ce montant comprend à la fois les billets remboursés ou annulés mais aussi tous le merchandising autour des concerts.

"Avec des vaccins, de meilleurs tests, de nouveaux protocoles de sécurité et de désinfection, une billetterie intelligente et d'autres innovations, l'industrie du live remontera dans les mois à venir, et nous sommes sûrs qu'à cette même période de l'année prochaine, nous aurons une histoire très différente" assure Ray Waddell, président d'Oak View Group Media & Conferences Division, qui supervise Pollstar.

Un rebond attendu

Sans aucun doute, l'industrie devrait repartir de l'avant. D'autant que le billet de concert est devenue la poule aux œufs d'or des artistes, qui ont vu leurs revenus fondre ces 15 dernières années avec la baisse régulière des ventes de disques. A en croire le Wall Street Journal, les tournées représentent désormais 75% des revenus des artistes aux Etats-Unis, contre environ 30% dans les années 80 et 90.

En parallèle, le prix des billets a d'ailleurs connu une inflation impressionnante. Selon Pollstar, il a ainsi augmenté de 55% en l'espace d'une décennie en Amérique du nord, sans que cela ne freine les consommateurs. Elton John, qui proposait des tickets à 135 dollars en moyenne pour sa dernière tournée d'adieu a ainsi fait le meilleur score en terme de recettes pour l'année 2020, avec 87 millions de dollars. Tout en arrêtant les concerts en mars...

Thomas Leroy Journaliste BFM Business