BFM Business

Le billet de concert de musique est en train de devenir un produit de luxe

Elton John en concert en Israël, le 26 mai 2016

Elton John en concert en Israël, le 26 mai 2016 - Gil-Cohen-Magen - AFP

Avec l'émergence des plateformes de streaming, les artistes gagnent désormais la majorité de leurs revenus grâce aux ventes de billets. Avec des prix qui n'en finissent plus d'augmenter.

Combien pour apercevoir les Rolling Stones dans leur dernière tournée des stades? 226 dollars en moyenne. Paul McCartney? 137 dollars. Elton John? 135 dollars. Et du coté des plus jeunes générations : 108 dollars pour Ariana Grande, 127 dollars pour le groupe de K-pop BTS… Selon le site spécialisé Pollstar, le prix moyen du ticket de concert a augmenté de 55% en l'espace d'une décennie en Amérique du nord.

La flambée est telle qu'elle a même intrigué les autorités antitrust américaines lorsque le principal producteur de spectacle Live Nation a racheté la billetterie Ticketmaster. Le conflit s'est finalement conclu, le 19 décembre, par une entente entre Live Nation et le département américain de la Justice (DOJ).

Les disques ne rapportent plus

Il faut dire que le concert est devenu le nerf de la guerre, tant pour les artistes que pour l'industrie musicale. L'apparition du téléchargement illégal, suivi des plateformes d'écoutes légales (Deezer, Spotify…) ont fait fondre les revenus des ventes d'albums physiques, tandis que les rémunérations pour l'écoute en ligne, même si elles ont beaucoup progressé, restent faibles pour la plupart des artistes (même pas un centime par morceau écouté).

Résultat, le meilleur levier de croissance est encore le concert. A en croire le Wall Street Journal, les tournées représentent désormais 75% des revenus des artistes aux Etats-Unis, contre environ 30% dans les années 80 et 90.

En France, le marché des ventes de musique enregistrée a également dégringolé. De 1,4 milliard de chiffre d'affaires en 2002, il est retombé à 590 millions d'euros en 2018 (même s'il remonte légèrement depuis 2016). S'y on y ajoute les droits voisins et de synchronisation, le montant total s'élève alors à 735 millions d'euros la même année. L'industrie se diversifie et les revenus liés à l'utilisation de la musique dans les publicités, au cinéma ou même dans les bâtiments publics, ont augmenté.

Toujours en France, les prix des concerts enflent également. Ils ont progressé de 5% par exemple entre 2016 et 2017 pour atteindre 35 euros le billet en moyenne, selon le Centre national de la musique (14 euros pour le prix médian), poussés notamment par les artistes les plus célèbres. Et cela sans faire fuir le public. Les recettes de billetterie ont encore augmenté de 15% à 930 millions d'euros en 2017 dans l'Hexagone. D'abord parce que les consommateurs sont visiblement prêts à mettre des sommes importantes pour voir leur artiste préféré mais aussi parce que le streaming permet de toucher un public plus large et améliore donc la notoriété de l'artiste en question.

Des prix qui changent comme pour un billet d'avion

Certaines billetteries comme Live Nation/Ticketmaster ont même mis en place un système de tarification basé sur le modèle des compagnies aériennes, en s'autorisant à moduler les prix en fonction de la demande, pour trouver le juste tarif, en proposant des sièges premium ou même en surfacturant les places près des allées.

Résultat, le chiffre d'affaires de l'entreprise a atteint 8,7 milliards dollars au troisième trimestre 2019, soit une hausse de 6% sur un an. Et cela devrait continuer de grimper puisque le patron de Live Nation, Michael Rapino, a expliqué aux investisseurs qu'une hausse des prix était une "énorme opportunité pour le résultat net".

Autre avantage des prix élevés : la lutte contre les vendeurs à la sauvette. Proposer des prix élevés sur des tickets limite la demande et empêche donc l'émergence d'un marché de la revente. En 2018, la tournée de la superstar américaine Taylor Swift a même affiché de sérieux trous dans les gradins, la faute à des prix plus élevés que les années précédentes. Pas grave, les concerts ont été largement rentabilisés.

Reste que la hausse des prix est fonction de la notoriété de l'artiste. "La grande majorité des spectacles sont à un prix très raisonnable pour les fans" a d'ailleurs reconnu le président de Ticketmaster Joe Berchtold. Pour combien de temps?

Des gros prix pour du grand spectacle

Outre la rémunération des artistes, l'inflation des prix s'explique aussi par les sommes engagées dans des spectacles toujours plus impressionnants pour certains artistes. Les nouveaux stades sont d'ailleurs devenus des salles modulables pour les accueillir. L'inauguration de Paris La Défense Arena, le stade de rugby du Racing 92, a d'ailleurs été faite en octobre 2017... avec les Rolling Stones.

Thomas Leroy