BFM Business

La banque de détail d'HSBC France bradée pour un euro symbolique?

Selon Reuters, le groupe bancaire britannique finalise des discussions avec le fonds américain Cerberus et une autre société d’investissement pour la cession des 270 agences françaises.

Un euro symbolique. Plus une recapitalisation complète de la part d'HSBC qui devra y injecter 500 millions d'euros... Racheté au prix fort - 11 milliards d'euros - il y a 20 ans, l'activité banque de détail de HSBC France, anciennement Crédit Commercial de France, pourrait bien être bradée au fond américain Cerberus et à une autre société d'investissement, dont l'identité n'a pas été dévoilée, selon des informations de Reuters.

Les deux fonds convoitent la petite mais très haut-de-gamme clientèle d'HSBC en France. Seulement pour acquérir ces 800.000 clients, les deux candidats à la reprise anticipent de vastes coûts de restructuration. Des coûts liés au réseau d'agences de la banque britannique en France : 270 agences dont la moitié en région parisienne. Une restructuration complexe qui a fait reculer nombre d'acquéreurs. La Banque postale et la Société Générale notamment ont regardé le dossier. Et ont renoncé…

Difficultés chroniques

Les deux fonds sont donc les seuls en lice. Et alors qu'HSBC vise un accord avant la fin de l'année, la crainte d'importantes suppressions d'emplois pourrait encore faire échouer l'opération, souligne une source proche du dossier à Reuters.

Voilà plus d'un an que HSBC cherche à vendre son réseau de détail en France, qui a perdu 225 millions d’euros avant impôts au premier semestre. Le groupe bancaire britannique affiche une santé inquiétante. Avant même la crise du coronavirus, elle avait déjà annoncé un vaste plan de restructuration dans le monde, avec la suppression de 35.000 postes.

Sa présence historique à Hong Kong, au cœur de tensions entre la Chine et les Etats-Unis, couplée aux tensions politiques dans la région administrative, ont encore accentué ses difficultés.

Alexandra Paget avec Thomas Leroy