BFM Business

Jean Castex aux salariés de Bridgestone: "On ne vous laissera pas tomber"

Le Premier ministre Jean Castex promet aux salariés de Bridgestone qu'il ne les "laissera pas tomber"

Le Premier ministre Jean Castex promet aux salariés de Bridgestone qu'il ne les "laissera pas tomber" - THOMAS COEX

"On va pas se raconter d'histoires, c'est pas facile", mais "on ne vous laissera pas tomber" a promis le Premier ministre aux salariés de Bridgestone ce jeudi soir.

Pour le gouvernement, l'annonce de Bridgestone de fermer son site de Béthune, qui emploie 863 salariés, consitue un coup de poignard. Le Premier minsitre a été interpellé ce jeudi soir sur France 2 sur ce dossier par un salarié de l'usine, qui ne croit pas que le gouvernement fera changer cette décision. "Ils sont coriaces", note ce salarié, invité de l'émission "Vous avez la parole".

"On va pas se raconter d'histoires, c'est pas facile, mais on ne sait jamais", lui a répondu le Premier ministre. "Tout ce que nous pourrons faire, on le fera. Et si c'est des coriaces, il y a le plan de relance, on ne vous laissera pas tomber (...) mais "la partie va être très compliquée".
"Cette entreprise a fait de très mauvais choix d’investissements. Je vous le dis, c’est pas bien. On va discuter pied à pied avec les responsables pour les convaincre d’investir dans leur outil de travail", a indiqué le Premier ministre.  

Jean Castex a rappelé que dans la région, si de grandes entreprises ont fermé, comme Whirlpool, "il y en a qu'on a sauvé. On a sauvé 5000 emplois chez Arc qui est sur votre territoire", signale le Premier ministre.

La réponse n'a pas convaincu cette autre salariée de Bridgestone présente sur le plateau de France 2. "Je ne crois que ce que je vois", a-t-elle répliqué au Premier ministre en rappelant que les salariés de Bridgestone ne sont pas les seuls concernés.

"Avec les sous-traitants, nous serons 1500 au chômage en même temps", prévient la salariée. "Nous n'oublions pas les sous-traitants", a répondu le Premier ministre.

Premier employeur de la ville de Béthune (Pas-de-Calais), Bridgestone, qui emploie 863 salariés, a brutalement annoncé mi-septembre la "cessation définitive" de l'activité du site à l'horizon 2021, invoquant une surcapacité de production en Europe et la concurrence des marques asiatiques à bas coût.

Le manufacturier japonais assurait alors vouloir limiter au maximum le nombre de licenciements grâce à des mesures de pré-retraite, de reclassement interne ou externe des salariés, et la recherche d'un repreneur pour le site.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco