BFM Business

Investissements, créations d'entreprises, start-ups... Les raisons d'être optimistes pour la France

Dans son tableau de bord annuel, Business France dresse un tableau positif de la France sur quelques points clé économiques.

Attractive, innovante, réactive... C'est le bilan que dresse Business France qui dévoile son tableau de bord annuel de la situation économique française. L'agence qui a pour mission de "vendre" la France aux investisseurs étrangers estime que le pays a de nombreux atouts et se félicite des progrès accomplis.

La France est ainsi le premier pays d'accueil des investissements étrangers en Europe devant le Royaume-Uni et l’Allemagne selon EY, le premier pays en ce qui concerne les investissements industriels et ce depuis 15 ans. Le pays est aussi le premier pour l'accueil des projets de recherche et développement.

Et si le pays semble parfois être en retard sur l'innovation, ce n'est pas la vision de Business France qui rappelle que la France consacre 7 milliards d’euros au numérique et aux start-ups sous forme de participation aux levées de fonds, d’aide à la transformation numérique des entreprises et des services de l’Etat.

Un Etat parfois vu comme un dinosaure par nos concitoyens mais qui a réussi petit à petit à se moderniser. Ainsi en 2019, 75% des particuliers ont utilisé internet pour des démarches administratives (contre 48% en 2008), rappelle Business France. C'est davantage que le Royaume-Uni (51%) ou l’Allemagne (21%), deux pays considérés comme plus avancés sur le plan numérique. La France détient à ce titre le taux de pénétration haut débit fixe le plus élevé des pays européens, soit 44,1 abonnés pour 100 habitants.

Le coût du travail augmente moins vite qu'en Europe

Un pays dans lequel le potentiel d'investissement est très élevé. La France est ainsi au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni en matière de gestion d’actifs, avec une concentration de 7,3% du total des actifs gérés par les 500 plus grands fonds d’investissement mondiaux.

Ce qui permet de financer l'économie. L’accès au crédit s'est ainsi situé au troisième trimestre 2020 à 88% pour les TPE et 90% pour les PME. Pour les start-ups, la France est le premier écosystème en Europe avec 4,4 milliards d’euros levés contre 4,1 milliards levés en Allemagne sur le mois d'octobre 2020.

Un pays qui a su se rendre attractif en abaissant son coût du travail, assure Business France.

"Les réformes entreprises tels que le CICE et le pacte de responsabilité ont permis un net infléchissement depuis 2013 des coûts par rapport à la zone euro, estime le rapport. Ainsi, entre le quatrième trimestre 2012 et le deuxième trimestre 2020, le coût de la main d’oeuvre a augmenté moins rapidement en France que dans la moyenne de la zone euro : +9,8% en France contre +14,4 % en zone euro. Dans l’industrie manufacturière, la France enregistre une baisse des coûts salariaux unitaires de l’ordre de 1,5% en 2019. En comparaison, les coûts ont progressé de 6,4% en Allemagne, de 5,4% au Royaume-Uni et de 3,3% dans l’UE."

Dernier point souligné par Business France: la lutte contre le changement climatique. La France se distingue par l’originalité de son bouquet énergétique avec son mix nucléaire/énergies renouvelables.

En 2018, la France était le deuxièle producteur d’énergies renouvelables avec près de 12% du total de l’UE (après l’Allemagne 18,4%). Le plan de relance présenté cet été fait de la transition écologique un objectif stratégique en consacrant 30 milliards d’euros exclusivement aux investissements verts.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco