BFM Business

Vaccin anti-covid: devra-t-on payer ceux qui hésitent pour atteindre l'immunité collective?

Aux Etats-Unis, la Virginie Occidentale offre déjà 100 dollars à tous ces habitants de moins de 36 ans. De gros employeurs comme McDonald's, Lidl ou Amtrak y vont également de leur contribution financière. Mais pour le moment en Europe, la seule incitation c'est le pass sanitaire.

Pourra-t-on atteindre l’immunité collective (au moins 70% de la population vaccinée) sans offrir une "carotte" à ceux qui ne jugent pas nécessaire de se protéger contre le coronavirus? Même aux Etats-Unis, où moins de trois habitants sur dix sont vaccino-sceptiques, les adeptes de l’incitation gagnent en influence.

Un état, la Virginie Occidentale, a même annoncé au début de la semaine que tous les habitants âgés de 16 à 35 ans auront droit à 100 dollars une fois vaccinés. Ce cadeau pourra même être obtenu de façon rétroactive, histoire de ne pas léser ceux qui se sont déjà reçus leurs injections.

4 heures de salaire offertes aux salariés de McDo

Au plan national, un certain nombre d’employeurs, ont de leur côté, annoncé qu’ils apporteraient une contribution financière à leurs salariés qui se font vacciner. Selon l'association AARP, Lidl a opté pour un forfait de 200 dollars.

D’autres préfèrent une compensation dont le montant dépend du salaire horaire. McDonald’s accorde jusqu’à quatre heures à ses salariés pleinement vaccinés contre deux pour Amtrak. Trader Joe’s, le Biocoop américain prévoit, lui, deux heures par dose injectée. L’idée, c’est notamment de compenser le temps de travail perdu pour se faire vacciner.

Un économiste suggère le versement de 1000 dollars

Du côté du gouvernement fédéral, rien, pour le moment n’est prévu. Mais l’économiste Robert Litan a fait beaucoup parlé de lui en suggérant le versement en deux étapes de… 1000 dollars: 200 dollars, une fois qu’on est vacciné et 800 dollars, plus tard, quand l’immunité collective nationale sera atteinte.

La facture totale est estimée à 250-300 milliards de dollars. Pas étonnant que seuls quelques élus du parti démocrate soutiennent son idée. Mais selon Robert Litan, cet effort financier reste modeste par rapport à l’importance que revêt l’immunité collective pour en finir avec la pandémie et donc permettre à l’économie de repartir de plus belle.

Du côté européen, l'incitation pourrait passer par le pass

De ce côté-ci de l’Atlantique, personne ne prône la distribution d’argent aux vaccinés. Le passe sanitaire est le seul mode d’incitation qui pourrait se développer. Pas dans l’usage prévu par la France, mais dans celui qu’applique d’ores et déjà le Danemark.

Les Danois vaccinés peuvent sur la simple présentation de leur "coronapas" se rendre quand ils le souhaitent chez leur coiffeur, leur esthéticienne, aller boire un verre dans un bar, souper au restaurant, visiter un musée ou une expo, et même, à partir du 6 mai prochain, aller au cinéma ou au théâtre. Alors que ceux qui ne sont pas vaccinés doivent disposer d’un test négatif de moins de 72 heures. Une contrainte qui pourrait conduire les plus jeunes à opter pour le vaccin. Le fait que les tests soient payants, ou le deviennent, pourrait également se révéler incitatif.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco