BFM Business

Une police d'assurance pour ne plus subir la "tempête Trump" sur Twitter

Le compte Twitter du président américain est devenu une arme de destruction massive de la valorisation des entreprises.

Le compte Twitter du président américain est devenu une arme de destruction massive de la valorisation des entreprises. - Twitter

Aux États-Unis, un business est en train de naître depuis l'élection de Donald Trump: des services d'assurance et de conseil dédiés aux entreprises qui feraient l'objet d'un tweet méchant de la part du président.

À nouvelle époque, nouveau business. Aux États-Unis, des kits de survie et autres assurances d'un genre nouveau sont en train de voir le jour. Des produits dédiés aux entreprises qui souhaiteraient se protéger contre un méchant tweet de Donald Trump.

Le nouveau président américain s'est fait une spécialité d'invectiver nommément les entreprises via des messages postés sur le réseau social. Avec pour effet, à chaque fois, de fortes variations en bourse pour la compagnie concernée. Boeing, Lockheed Martin, Ford ou General Motors ont fait les frais de ces méthodes de gouvernance 2.0. Tancées pour les factures qu'elles envoient au gouvernement américain, ou parce qu'elles produisent hors des frontières, ces entreprises ont toutes perdu des millions de valorisation boursière juste après l'attaque de @realDonaldTrump.

Toyota avait ainsi vu s'envoler un milliard de capitalisation après le tweet ci-dessus, qui date de début janvier. ("Toyota dit qu'il va construire une usine à Baja au Mexique pour construire des Corolla pour les US. PAS MOYEN. Construisez une usine aux US ou payez des gros droits de douanes"). Et pour cause: chaque fois que @realdonaldtrump tweete, des milliers d'algorithmes informatiques se mettent en marche pour acheter et vendre des actions, et envoyer des alertes aux investisseurs, rapporte MarketWatch.

Face à cette nouvelle réalité, les entreprises s'inquiètent, et une nouvelle industrie émerge, raconte Quartz. Les cabinets de conseil, de communication et d'affaires publiques de Washington sont submergés d'appels d'entreprises qui cherchent à contrer "l'effet Trump". Du coup, ils ont mis au point une sorte de kit de survie contre ce nouveau genre de catastrophe, un assaut direct du président des États-Unis. Des services tels qu'une évaluation des risques de faire l'objet d'un tweet vengeur, des conseils pour se faire des alliés au Congrès, ou encore l'intervention immédiate d'une équipe sur Twitter et Facebook en cas "d'attaque".

Une nouvelle forme de catastrophe naturelle

Les huit cabinets qui ont parlé à Quartz admettaient tous discuter avec leurs clients d'offres de ce type. Certains réfléchissent à mettre en place un "forfait", une sorte de police d'assurance, pour se prémunir contre ce qu'une des compagnies assimile à une catastrophe naturelle, à la manière d'une inondation ou d'un tremblement de terre: "un événement aléatoire, inopiné, qui nécessite un nettoyage massif".

Reste à voir si ce business a réellement un avenir puisque depuis jeudi, l'effet Trump sur la Bourse semble s'être inversé. Le distributeur Nordstrom, alpagué par Donald Trump parce qu'il arrêtait de vendre la marque de sa fille Ivanka, a vu son action augmenter de 4% à Wall Street. Le résultat de la mobilisation des anti-Trump: "Certains investisseurs ont affirmé avoir acheté encore plus d'actions Nordstrom pour montrer leur soutien au distributeur", lisait-on dans Fortune.

N.G.