BFM Business

Un patron de hedge fund futur ambassadeur des Etats-Unis en France ?

Marc Lasry, homme d'affaires américain d'origine marocaine, pourrait être le futur ambassadeur des Etats-Unis en France.

Marc Lasry, homme d'affaires américain d'origine marocaine, pourrait être le futur ambassadeur des Etats-Unis en France. - -

Le nom de Marc Lasry circule comme potentiel futur ambassadeur américain en France. Ce self made men fondateur d'un hedge fund s'enrichit notamment en spéculant sur de la dette souveraine.

Qui sera le prochain ambassadeur américain à Paris? Un nom circule, celui de Marc Lasry, un homme au profil atypique pour ce poste. Cet Américain d'origine marocaine est un self-made-man aujourd'hui à la tête d'un des plus gros hedge funds américains. Et il n'a pas forcément le profil idéal pour plaire à la France…

Si la piste se confirme, Marc Lasry deviendrait le premier patron d'un fonds spéculatif à obtenir le titre d'ambassadeur américain. Une place en or pour récompenser un généreux bienfaiteur. Les hedge funds, et en particulier Avenue Capital, celui de Marc Lasry, contribuent largement à financer les campagnes électorales.

Echange de bons procédés

Ce dernier a choisi les démocrates. Il est l'un des plus gros donateurs des campagnes de Barack Obama. Pour celle de 2012, il a fait un chèque de plus de 500.000 dollars. On le dit proche, aussi, de la famille Clinton. Chelsea Clinton, la fille de Bill et Hillary, a travaillé plusieurs années pour sa société. Echange de bons procédés oblige, un des enfants Lasry serait actuellement employé à la Maison Blanche.

Marc Lasry est l'exemple-type de la réussite à l'américaine. C'est à l'âge de 7 ans qu'il quitte le Maroc et qu'il débarque aux Etats-Unis avec ses parents. Un père informaticien et une mère institutrice. Avec sa sœur, il monte Avenue Capital, aujourd'hui un puissant hedge funds qui gère plus de 12 milliards de dollars, spécialisé dans la dette et les actions des entreprises en difficulté. Ses régions de prédilection : les Etats-Unis, l'Asie, l'Europe et même la France, à la marge.

Ironie de l'histoire, le possible futur ambassadeur n'apprécie que très peu les politiques économiques de la France. Un pays qui, en retour, n'est peut-être pas prêt à l'accueillir les bras ouverts à l'heure de la chasse aux fonds spéculatifs...

Isabelle Gollentz