BFM Business

Un milliardaire chinois rattrapé par son passé de braqueur

Ce milliardaire chinois avait bâti sa fortune sur le butin d'un braquage commis 16 ans plus tôt.

Ce milliardaire chinois avait bâti sa fortune sur le butin d'un braquage commis 16 ans plus tôt. - Capture d'écran Zynews

Ce magnat de l'immobilier en Chine avait construit sa fortune grâce à des fonds issus d'un braquage, qu'il avait commis 16 ans plus tôt. Il a été arrêté par la police le 21 octobre.

"Le charme du passé, c'est l'oubli", disait un poète canadien. Dommage pour ce milliardaire chinois, les enquêteurs ont eu la mémoire tenace. Le magnat local de l'immobilier, a été arrêté pour l'attaque à main armée d'une banque réalisée… 16 ans plus tôt, a annoncé la police d'une grande ville du centre de la Chine. 

Le suspect, simplement présenté comme "Monsieur Shi", a été interpellé le 21 octobre avec ses quatre complices présumés, a annoncé mardi le Bureau de la sécurité publique de Zhengzhou, capitale provinciale du Henan, dans le centre de la Chine.

Deux millions de yuans de butin

Simple ouvrier migrant dans les années 90, Monsieur Shi, accusé d'être la tête pensante du groupe de malfaiteurs, avait organisé, le 5 décembre 1999 dans cette même ville, un casse qui leur a permis de rafler plus de deux millions de yuans de l'époque, soit environ 300.000 euros, selon la police, citée par le quotidien Zhengzhou Evening News.

Deux employés -un gardien et une guichetière- avaient été grièvement blessés dans l'attaque. Sa part du butin en poche, environ la moitié du total, Monsieur Shi aurait fondé une société immobilière, construisant centres commerciaux, magasins ou encore résidences de vacances, tout en organisant des "activités caritatives", de même source.

Un marteau analysé avec les moyens modernes

Armés de pistolets et de marteaux, les cinq hommes, tous originaires de la même région du Henan, avaient attaqué la banque à la fermeture avant de prendre la fuite à pied, puis à bicyclette. "A l'époque de l'attaque, il n'y avait pas d'images de caméras de surveillance, seulement les témoignages des employés", a expliqué un enquêteur de Zhengzhou.

Faute de piste, l'enquête a piétiné, avant d'être rouverte il y a quelques mois avec une équipe dédiée aux recherches. Un marteau laissé sur les lieux du crime, analysé "selon les moyens techniques modernes", ainsi que des "éléments biologiques", ont permis de remonter jusqu'aux malfaiteurs, selon la police.

Une vidéo du suspect penaud, assis à une table d'interrogatoire menottes aux poignets et conduit ensuite sur les lieux du crime, a été diffusée par la télévision publique CCTV mercredi. La presse a publié une photo de la villa qu'il s'était fait construire.

N.G. avec AFP