BFM Business

Tubes en acier: le bras de fer UE - Chine se poursuit

Pékin taxe l'importation de tubes d'acier sans soudure européen à environ 10% de leur prix.

Pékin taxe l'importation de tubes d'acier sans soudure européen à environ 10% de leur prix. - -

L'Union européenne presse l'Organisation mondiale du commerce de régler son différend avec Pékin sur l'imposition de ses tubes en acier importés en Chine. Une nouvelle manche d'une bataille entamée au printemps.

L'armistice n'est pas encore près d'être signée dans la guerre commerciale entre la Chine et l'Europe. L'Union européenne hausse le ton, ce vendredi 16 août. Elle demande à l'Organisation mondiale du commerce de se saisir du différend commercial qui l'oppose à Pékin sur les tubes en acier en constituant un panel d'experts.

"L'UE estime que les taxes anti-dumping [imposées par Pékin] sont incompatibles avec les règles de l'OMC", déclarent les services du commissaire européen au Commerce.

Bruxelles franchit ainsi une deuxième étape après avoir annoncé à la mi-juin le dépôt d'une plainte contre la Chine devant l'OMC dans ce même conflit. C'est le troisième dossier opposant les deux puissances sur lequel l'Organisation est saisie. 

Vallourec mis en difficulté

Ces taxes, de 9 à 11% sur l'importation en Chine de tubes en acier européens avaient été mises en place en mai. Des représailles dans le cadre de la bataille commerciale entre la Chine et l'Union européenne qui a fait rage au printemps.

C'est Bruxelles qui avait déterré la hache de guerre en instaurant, mi-mai, des taxes anti-dumping de près de 50% sur les panneaux solaires chinois. L'initiative avait déclenché le courroux de Pékin qui avait à son tour lancé des enquêtes anti-dumping en cascade.

L'une d'elles, sur les tubes sans soudure, avait provoqué la chute de l'action Vallourec, fabricant français de ces tubes en acier inoxydable.

Début août, un accord trouvé avec les industriels chinois du solaire entrait en vigueur. Mais le bras de fer continue, à l'heure où le déficit commercial de l'UE envers la Chine continue de se creuser. Il a atteint 122 milliards d’euros en 2012.

Nina Godart