BFM Business

Trump crée encore la surprise avec deux singulières nominations

L'investisseur activiste Carl Icahn devient conseiller en régulation de Donald Trump.

L'investisseur activiste Carl Icahn devient conseiller en régulation de Donald Trump. - Michael Nagle - Getty Images - AFP

La Maison Blanche a annoncé ce jeudi deux nominations dans le cabinet de Donald Trump qui vont encore faire jaser. Le poste de conseiller à la régulation a été confié à celui qu'on surnomme le Loup de Wall Street, Carl Icahn, et celui de conseiller au commerce à Peter Navarro, un économiste qui accuse la Chine de tous les maux.

L'investisseur activiste et multi-milliardaire Carl Icahn a été nommé conseiller spécial du président élu Donald Trump en charge de la régulation, a annoncé mercredi son équipe de transition.

Agé de 80 ans, Carl Icahn est un des investisseurs les plus redoutés à Wall Street et s'est rendu célèbre en faisant pression sur les entreprises dans lesquelles il a des participations (AIG, Herbalife, Apple, Netflix, Xerox...) afin d'augmenter la rémunération des actionnaires. 

Le jour de l'élection de Donald Trump, celui qu'on surnomme le Loup de Wall Street faisait partie du cercle restreint. Il était invité pour fêter la victoire. Sauf qu'il s'est éclipsé un peu avant minuit, avant les résultats définitifs... pour aller miser 1 milliard de dollars sur le S&P 500 qui était en chute libre. Il a ainsi pu profiter d'un rebond de 7% à Wall Street en 24 heures.

Ce proche parmi les proches aura la charge de conseiller le futur président américain sur les moyens de "se débarrasser des régulations destructrices d'emplois qui freinent la croissance économique", précise le communiqué.

Un milliardaire de plus au gouvernement

Pendant sa campagne, Donald Trump s'en est plusieurs fois pris à la loi de réforme de Wall Street Dodd-Frank votée en 2010 pour freiner les excès de la finance ainsi qu'aux régulations environnementales.

Dans de récentes interviews, Carl Icahn a toutefois assuré que l'abrogation pure et simple de Dodd-Frank n'était pas la "bonne réponse" et a affirmé ne pas être "anti-régulation". "Je suis opposé à la stupidité de certaines de ces régulations", a-t-il précisé. Par ailleurs il n'est pas favorable au maintien des taux d'intérêts à zéro pendant trop longtemps, estimant que cette politique monétaire dénature la hiérarchie des risques.

A la tête d'une fortune estimée à 16,5 milliards de dollars, ce diplômé de philosophie vient en tout cas grossir la longue liste des milliardaires désignés par Donald Trump pour former son équipe gouvernementale. Le président qui doit en tout nommer 4.000 personnes pour remplir sa nouvelle administration a également officialisé ce jeudi la nomination d'un autre profil détonnant.

Un fervent adversaire de la Chine au commerce

Il s'agit de Peter Navarro que Donald Trump qualifie d'"économiste visionnaire". Selon le communiqué de la Maison Blanche, ce dernier va "travailler à l'élaboration de politiques commerciales qui réduiront notre déficit commercial, renforceront notre croissance et contribueront à réduire l'exode des emplois de nos contrées". 

Ce qui fait jaser, c'est que ce professeur de l'université de Californie de 67 ans est un virulent adversaire de la Chine. Il a publié une série de livres qui ont eu un important retentissement, autour de la thématique "Death by China" (La mort par la Chine). Il y exprime une théorie assez radicale selon laquelle tous les maux économiques des États-Unis viennent de Chine. Il accuse même les jouets made in China d'être "empoisonnés". 

Bref, cette nomination ne devrait pas plaire à Pékin. Pour autant, rien ne dit que ce "conseil du commerce national", tout juste créé par Donald Trump va jouer un rôle prépondérant.

Jean -Baptiste Huet, édité par N.G.