BFM Business

Trump au côté de Merkel: "je ne suis pas un isolationniste"

Angela Merkel, chancelière allemande, et Donald Trump, président des États-Unis

Angela Merkel, chancelière allemande, et Donald Trump, président des États-Unis - SAUL LOEB / AFP

Le président américain s'est déclaré partisan "du libre-échange" et d'"un commerce "équitable" devant la Chancelière allemande qui, de son côté, à rappelé l'importance de "l'intégration européenne".

Le président américain Donald Trump a affirmé ce vendredi, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, qu'il n'était "pas isolationniste" en matière de commerce mais partisan d'un commerce "équitable". "Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange mais aussi du commerce équitable, et notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses" en termes de dette et de déficits, a déclaré le dirigeant américain lors d'une conférence de presse commune avec Angela Merkel à la Maison Blanche. 

La dirigeante allemande a elle dit "espérer" la reprise des négociations commerciales entre l'UE et les États-Unis. Elle a également souligné que le "succès des Allemands" sur le plan de l'économie mais aussi sur les questions de sécurité et de paix" allait de paire avec "l'intégration européenne". C'est "quelque chose dont je suis profondément convaincue", a dit Angela Merkel, selon sa traductrice. "Je crois d'autre part que la mondialisation doit être façonnée avec un esprit ouvert", a poursuivi la chancelière. 

"Tout ce que je veux c'est de l'équité"

Après de durs propos sur les positions commerciales de Berlin, le président américain a tendu un rameau d'olivier en assurant que sur ce point, "avec l'Allemagne, je crois que nous allons véritablement bien fonctionner". "Je dois dire que les négociateurs allemands ont fait un bien meilleur travail que les États-Unis mais j'espère que nous allons revenir à égalité", a-t-il ajouté. 

"Nous ne recherchons pas la victoire, tout ce que je veux c'est de l'équité. L'Allemagne s'en est très bien sortie dans ses accords commerciaux avec les États-Unis et c'est tout à leur honneur, et je peux parler d'autres pays, la Chine, virtuellement n'importe quel pays avec lequel nous faisons des affaires, ce n'est pas vraiment ce qu'on pourrait décrire comme bon pour nos travailleurs", a poursuivi Donald Trump, qualifiant à nouveau l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada de "désastre". 

P.L avec AFP