BFM Business

Traité de libre-échange Canda-UE: la mise en garde de Trudeau aux Européens

Justin Trudeau rencontrait Manuel Valls ce jeudi 13 octobre

Justin Trudeau rencontrait Manuel Valls ce jeudi 13 octobre - Lars Hagberg - AFP

À l'issue d'une conférence de presse avec Manuel Valls, le Premier ministre canadien a considéré que l'Europe s'engagerait dans une voie "peu productive" en refusant de signer l'accord de libre-échange avec le Canada.

Justin Trudeau sort le carton jaune. Un rejet par les 28 pays de l'Union européenne du traité de libre-échange avec le Canada (Ceta) serait "désolant" et enverrait au monde "un message très clair" que l'UE est engagée dans "une voie peu productive", a estimé jeudi le Premier ministre canadien.

Le moment est venu "pour l'Europe de décider à quoi sert l'Union européenne", a-t-il jugé au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue français Manuel Valls.

Opposition européenne

Les dirigeants européens et canadiens ont rendez-vous à Bruxelles le 27 octobre pour ratifier ce traité transatlantique, mais des voix continuent de s'élever dans le Vieux continent pour empêcher son adoption, alors que l'accord de tous les parlements nationaux est requis pour sa pleine mise en oeuvre.

Notamment, le Parlement de la Communauté française de Belgique a adopté mercredi soir une résolution qui pourrait forcer ce pays à refuser le Ceta.

"Si dans une semaine ou deux, l'Europe est incapable de signer une entente commerciale progressiste avec un pays comme le Canada, avec qui l'Europe pense-t-elle faire affaires dans les années à venir?", a lancé Justin Trudeau.

"Pour moi, c'est un moment où se posent des questions sur l'utilité de l'Europe: si l'Europe n'arrive pas à signer cet accord, ce sera un message très clair, pas seulement aux Européens, mais aussi au monde entier que l'Europe est en train de choisir une voie peu productive, pour ses citoyens comme pour le monde", a fustigé le dirigeant libéral.

J.M. avec AFP