BFM Business

Taxes sur l'acier: l'UE "se défendra contre les intimidateurs"

Cecilia Malmström, la commissaire européenne au Commerce, a indiqué ce lundi que l'Europe n'avait "pas peur" des menaces et intimidations des États-Unis et de leur président assimilé à un "intimidateur".

La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström a affirmé lundi que l'Union européenne n'avait "pas peur" des menaces protectionnistes de Donald Trump sur l'acier, l'aluminium ou les automobiles.

"Nous avons vu récemment comment le commerce est utilisé comme arme pour nous menacer et nous intimider. Mais nous n'avons pas peur et nous nous défendrons contre les intimidateurs", a-t-elle affirmé lors d'un discours à Bruxelles sur le commerce durable.

Menace sur les voitures européennes

Malgré les mises en garde des partenaires commerciaux des États-Unis, le président américain Donald Trump a formalisé jeudi sa décision d'imposer des taxes à l'importation de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium. Elles doivent entrer en vigueur d'ici une dizaine de jours.

Le président américain a ensuite exigé samedi de l'Union européenne "l'abandon" des barrières douanières et réglementaires sur les produits américains, pour être exemptée de ces taxes, sans quoi il a également menacé de taxer leurs voitures.

Des discussions prévues cette semaine

Les Européens ont été surpris par ces déclarations. Ils attendent encore des explications lors de discussions prévues cette semaine, mais ont déjà préparé des contre-mesures. La plus immédiate, applicable en trois mois, consisterait à taxer lourdement, en guise de rétorsion, certains produits américains emblématiques, comme les jeans, les motos de grosse cylindrée ou le beurre de cacahuète, dont Bruxelles a établi une liste.

Cecilia Malmström a par ailleurs affirmé lundi qu'elle comptait s'appuyer sur les pays avec lesquels l'UE a déjà conclu ou négocié un accord de libre-échange comme le Canada, le Japon, le Mexique ou les pays du Mercosur pour faire face aux menaces protectionnistes et "défendre un commerce ouvert, qui bénéficie à tous".

N.G. avec AFP