BFM Business

Softbank va créer un méga fonds alimenté par l’Arabie saoudite

Le groupe japonais a annoncé vendredi la création d’un fonds technologique, qu’il espère bientôt doté de 100 milliards de dollars. Notamment grâce à l’Arabie saoudite.

Le géant japonais des télécommunications SoftBank Group a annoncé vendredi la création d'un fonds dont il sera un important contributeur, visant une enveloppe globale de quelque 100 milliards de dollars (90 milliards d'euros), avec l'aide de partenaires.

Le SoftBank Vision Fund, qui sera géré par une filiale basée en Grande-Bretagne, recevra d'abord de SoftBank au minimum 25 milliards de dollars en cinq ans, a précisé le groupe du milliardaire nippon Masayoshi Son dans un communiqué. Pourraient s'y ajouter jusqu'à 45 milliards de dollars apportés par le fonds souverain d'Arabie saoudite, Public Investment Fund, avec lequel a été signée cette semaine une lettre d'intention en ce sens.

Ambitions phénoménales

Et SotfBank espère attirer en sus d'autres investisseurs de premier plan pour compléter, disant être en discussions avec d'importants contributeurs potentiels. "Grâce à ce fonds, nous serons à même d'investir dans des entreprises de technologies à l'échelle mondiale et le SoftBank Vision Fund deviendra le plus gros pourvoyeur d'argent du secteur afin d'accélérer la révolution de l'information", a déclaré Masayoshi Son.

L'homme, qui brasse des sommes d'argent considérables sans hésiter à recourir à l'endettement, est coutumier des déclarations laissant transpirer ses ambitions phénoménales, ce qui lui vaut parfois le qualificatif de mégalomane.

Après avoir racheté les activités mobiles du britannique Vodafone au Japon en 2006 pour 12 milliards d'euros à l'époque, il a mis la main sur Sprint, le numéro trois des télécommunications cellulaires aux États-Unis, pour plus de 20 milliards d'euros, et a récemment pris le contrôle du géant britannique des puces électroniques ARM Holdings, pour un montant total de 24 milliards de livres (28,5 milliards d'euros).

Y.D. avec AFP