BFM Business

Quand un journal allemand modifie les déclarations polémiques de Lagarde

Les propos initiaux de Christine Lagarde avait suscité de vives réactions de la part de l'exécutif français

Les propos initiaux de Christine Lagarde avait suscité de vives réactions de la part de l'exécutif français - Mandel Ngan - AFP

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a rectifié les propos émis dans ses colonnes par la directrice générale du FMI, qui évoquait la sortie de la Grèce de la zone euro comme une "possibilité".

Le tir est rectifié. Le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung a corrigé ce vendredi 29 mai le contenu d'un entretien avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, dont la première version montrait qu'elle considérait une sortie de la Grèce de la zone euro comme une "possibilité".

Le FMI a publié une transcription de l'entretien dans laquelle Christine Lagarde déclare: "nous ne sommes pas naïfs et nous ne pensons pas qu'il s'agira ou qu'il s'agirait d'une promenade de santé. Il s'agit d'un sujet compliqué auquel, je l'espère, les Européens n'auront pas à faire face car j'espère qu'ils trouveront le moyen de parvenir à un accord sur l'avenir de la Grèce dans la zone euro".

Vives réactions de l'exécutif français 

"Mais, vous le savez, il y a une possibilité...", ajoute-t-elle sans finir sa phrase, selon cette transcription. Le quotidien allemand a déclaré de son côté avoir "changé" la citation de Christine Lagarde.

La version de l'entretien publiée vendredi inclut la citation suivante attribuée à Christine Lagarde: "Personne ne souhaite aux Européens un Grexit".

Les propos initialement publiés ont vivement fait réagir l'exécutif français. Tout d'abord le ministre des Finances Michel Sapin a assuré qu'"il n'y a pas de scénario de Grexit", lors d'une conférence de presse en Allemagne, à l'occasion d'une réunion des ministres des Finances du G7. Manuel Valls lui a emboîté le pas quelques instants plus tard. Le Premier ministre a ainsi affirmé lors d'un déplacement à Marseille qu'une sortie de la Grèce de la zone euro "n''est pas un scénario pour nous".

J.M. avec AFP