BFM Business

Quand le pape s'en prend à Facebook, Twitter et au Big Data

Les nouvelles technos qui éloigne l'humanité des vraies valeurs dans le viseur du Pape François

Les nouvelles technos qui éloigne l'humanité des vraies valeurs dans le viseur du Pape François - Osservatore Romano - AFP

Dans l’encyclique qui a fuité sur internet, le pape François juge que les réseaux sociaux et le Big Data sont une des causes du mal-être de l'humanité.

La finance folle, l’activité humaine qui dérègle le climat mais aussi… les nouvelles technologiques. Voilà les fléaux de notre temps, explique le pape François dans son encyclique (l’équivalent pour faire court de la déclaration de politique générale pour l’Eglise catholique) qui a fuité mercredi sur le site italien L’Espresso. Les nouvelles technologies ? Oui, estime le souverain pontife, elles participent à la détérioration de la vie humaine : "Les dynamiques des médias et du monde digital qui, lorsqu’ils deviennent omniprésents, ne favorisent pas le développement d’une capacité à vivre avec sagesse, à penser en profondeur, à aimer avec générosité." Une critique classique à l’endroit d’internet et des réseaux sociaux mais qui prend évidemment une résonance particulière quand elle est formulée par le chef d’une Eglise qui compte plus de 1,2 milliard de fidèles dans le monde.

Le Big Data sature les esprits

Et François semble bien connaitre son sujet lors qu’il s’attaque en creux… au Big Data: "La vraie sagesse, fruit de la réflexion, du dialogue et de la rencontre généreuse entre les personnes ne s’acquiert pas avec une simple accumulation des données qui finit par saturer et troubler dans une espèce d’empoisonnement mental", peut-on lire dans l’encyclique qui semble s’inspirer de "la tête bien faite plutôt que bien pleine" de Montaigne.

Trop d’informations donc et d’émotions artificielles bien loin de la véritable nature humaine selon François qui transformerait les gens en robots "cliqueurs", dit-il en substance. "Ces moyens digitaux nous empêchent d’être en contact direct avec l’angoisse, la frayeur et la joie d’autrui, avec la complexité de son expérience personnelle", conclut-il. Un message que le pape n’hésitera certainement pas à partager sur ses différents comptes Twitter…

Frédéric Bianchi