BFM Business

Pourquoi Obama a choisi Esther Duflo comme conseillère

Esther Duflo va intégrer le Comité pour le développement mondial.

Esther Duflo va intégrer le Comité pour le développement mondial. - -

L'économiste française va intégrer le nouveau Comité pour le développement mondial, qui conseillera Barack Obama. Rien d'étonnant, au vu de son parcours hors du commun.

Son départ de France, s’il s’était produit aujourd’hui, aurait sans doute fait moins de bruit que celui de Gérard Depardieu ou Brigitte Bardot. Et pourtant…

Esther Duflo, économiste française spécialisée dans les travaux contre la pauvreté dans le monde, est aujourd’hui internationalement reconnue. Barack Obama ne s’y est pas trompé, en la choisissant fin décembre pour le conseiller sur les questions de développement au sein du nouveau Comité pour le développement mondial. 

Elle y siègera aux côtés de huit autres personnes, dont l'Egyptien Mohamed El-Erian, directeur général du fonds d'investissement Pimco (premier gestionnaire obligataire à l'échelle mondiale), l'économiste du développement Smita Singh ou Sylvia Mathews Burwell, présidente de la Fondation Wal-Mart.

Futur prix Nobel d'économie ?

L’économiste cumule depuis des années succès et récompenses. "C'est une intellectuelle française de centre gauche qui croit en la redistribution et en l'idée optimiste que demain pourrait être meilleur qu'aujourd'hui. Elle est largement à l'origine d'une tendance académique nouvelle", écrivait à son propos le New Yorker en 2009 dans un portrait d’une dizaine de pages qui lui était consacré.

Le parcours d’Esther Duflo est édifiant. Classe préparatoire au lycée Henri IV, maîtrise d’histoire et d’économie à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, DEA d’économie au Delta, puis doctorat au département d’économie du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Elle y obtiendra finalement un poste de professeur en 2004, à… 32 ans.

Ses travaux empiriques contre la pauvreté font d’elle, en 2010, la première économiste du développement à recevoir la médaille John Bates Clark, que certains considèrent comme une antichambre du prix Nobel d’Economie. Cette distinction a en effet été attribuée à de nombreux futurs lauréats, à l’instar de Joseph Stiglitz, Paul Samuelson, Milton Friedman, James Tobin et Paul Krugman.

Son surnom: "randomista"

Outre ses fonctions au MIT, Esther Duflo est également directrice des programmes sur le développement économique au Center for Economic Policy Research, un think tank de Washington, et rédactrice en chef de la revue American Economic Journal: Applied Economics. Elle est aussi titulaire d'une chaire au Collège de France sur les "Savoirs contre la pauvreté".

Son livre "Repenser la pauvreté", co-écrit avec l'Indien Abhijit Vinayak Banerjee, a reçu le prix du livre économique de l'année Financial Times/Goldman Sachs en 2011. Un ouvrage où elle détaille ses travaux, menés sur le terrain en partenariat avec des organisations non gouvernementales (ONG), qui lui vaut d’ailleurs le surnom de "randomista" (théoricienne du hasard). Son arrivée à la Maison Blanche, elle, ne lui doit rien.

Yann Duvert