BFM Business

Pourquoi les bons chiffres de l'emploi vantés par Donald Trump sont trompeurs

Des Américains faisant la queue pour accéder à un centre de distribution d'urgence de nourritures à Los Angeles le 14 avril 2020.

Des Américains faisant la queue pour accéder à un centre de distribution d'urgence de nourritures à Los Angeles le 14 avril 2020. - Frederic J.Brown / AFP

En marge de l'annonce d'une amélioration inattendue du marché de l'emploi en mai, le bureau des statistiques du ministère américain du Travail explique qu'un "grand nombre de travailleurs ont été comptabilisés comme employés" alors qu'ils n'étaient pas au travail. Le taux de chômage serait en fait de 16% environ, et pas de 13,3%, s'ils avaient été classés parmi les salariés mis en disponibilité.

La bonne surprise du chômage américain en mai a-t-elle été embellie ? Ce vendredi, on apprenait en effet que contre toute attente, l'économie américaine avait créé 2,509 millions d'empois, un rebond inattendu permettant au taux de chômage de se replier à 13,3% contre 14,7% un mois plus tôt.

Mais dans la journée, le BLS (Bureau of Labour Statistics chargé de collecter les données pour le ministère du Travail) a publié un document invitant à relativiser les chiffres publiés. En réalité, le taux de chômage tournerait autour de 16% et marquerait donc encore une nouvelle hausse par rapport au record de 14,7% d'avril..

Selon cet organisme officiel, il y a eu des erreurs dans la collecte des données, notamment à cause d'incompréhensions des répondants pendant la période confinement qui semble avoir généré de la confusion dans les réponses, certains déclarant être employés, alors que leur employeur les avait mis en disponibilité ("temporary layoff") pour cause de confinement.

Confusion

"Les travailleurs qui indiquent qu'ils n'ont pas travaillé pendant toute la semaine de référence de l'enquête et qui s'attendaient à être rappelés à leur emploi devraient être classés comme chômeurs mis en disponibilité" peut-on lire. Ce qui n'a pas été le cas.

"Si les travailleurs enregistrés comme employés mais non amenés à travailler pendant toute la semaine de référence de l'enquête avaient été classés comme «temporairement mis en disponibilité", le taux de chômage global aurait été plus élevé que rapporté", reconnaît le BLS, qui dit enquêter pour savoir pourquoi cette erreur, déjà commise en mars et avril, continue à se produire.

Concrètement, 5,4 millions de travailleurs qui avaient un emploi mais qui n'étaient pas au travail ont été inclus dans la catégorie "autres raisons" en mai 2020, soit environ 4,9 millions de plus que la moyenne pour mai 2016-2019.

"Une hypothèse pourrait être que ces 4,9 millions de travailleurs supplémentaires qui ont été inclus dans cette catégorie auraient dû être classés comme chômeur mis en disponibilité temporairement. Si ces travailleurs étaient plutôt considérés comme des chômeurs temporairement mis en disponbilité, le nombre de chômeurs en mai en base non corrigée des variations saisonnières) augmenterait de 4,9 millions, passant de 20,5 millions à 25,4 millions", peut-on encore lire.

De quoi générer 3 points supplémentaires dans le taux de chômage, soit 16% au lieu des 13% annoncés. 

Olivier Chicheportiche