BFM Business

Pétrole : « pas de changement de politique de l'OPEP » explique Khalid al-Falih

-

- - -

Le ministre saoudien du Pétrole, Khalid al-Falih, a déclaré dimanche que la Chine et les États-Unis seraient à la tête de la demande mondiale de pétrole en 2019, mais qu'il était trop tôt pour changer la politique de production de l'OPEP.

Avant la réunion importante prévue à Vienne les 17 et 18 avril, le ministre saoudien du Pétrole, Khalid al-Falih, a fait un point dimanche sur la situation pétrolière mondiale.

Selon lui, aucun doute, la Chine et les Etats-Unis vont diriger la demande mondiale de pétrole cette année. Cependant, il a aussitôt indiqué qu'il était trop tôt pour changer la politique de production de l'OPEP. Dans un rapport publié le mois dernier, l'Agence internationale de l'énergie a laissé sa prévision de croissance de la demande pour 2019 inchangée par rapport à janvier, à 1,4 million de barils par jour.

Falih a déclaré que la demande chinoise battait des records mois après mois et a estimé que le pays dépasserait les 11 millions de barils par jour (bpd) en 2019. En ce qui concerne l'Arabie saoudite, il a déclaré que la production de pétrole en avril devrait se maintenir au niveau de 9,8 millions de bpj de ce mois.

Le ministre saoudien a également déclaré qu'il était peu probable que le groupe modifie sa politique de production en avril et, le cas échéant, apportera des ajustements en juin. "Nous verrons ce qui se passera d'ici avril s'il y a une perturbation imprévue ailleurs, mais si nous ne le faisons pas, je pense que nous ne ferons que lancer la boîte", a déclaré Falih ajoutant : « nous verrons où se trouve le marché d’ici juin et nous nous ajusterons en conséquence ».

Les sanctions imposées par les Etats-Unis vont peser

Le 1er janvier, l'OPEP a commencé de nouvelles réductions de production afin d'éviter une surabondance de l'offre menaçant de faire baisser les prix. Le groupe a accepté de réduire l'offre de 1,2 million de barils par jour pendant six mois.

Des sources ont récemment déclaré que la politique de production de l'OPEP devrait être approuvée en juin et que le scénario envisagé pourrait être prolongé, mais cela dépendra dans une large mesure de l'étendue des sanctions imposées par les États-Unis à l'Iran et au Venezuela.

La part de l'OPEP est de 800 000 barils par jour et doit être livrée à onze membres, à l'exception de l'Iran, de la Libye et du Venezuela, qui sont exemptés des réductions. La base de référence pour la réduction était dans la plupart des cas leur production en octobre 2018.

La rédaction avec Reuters