BFM Business

Nouvelle alerte aux profits pour Daimler

Après le marché chinois, c'est désormais la mise aux normes de certains de ses véhicules après révélation du Dieselgate qui pèse sur les comptes de Daimler.

Après le marché chinois, c'est désormais la mise aux normes de certains de ses véhicules après révélation du Dieselgate qui pèse sur les comptes de Daimler. - THOMAS KIENZLE / AFP

La maison-mère de Mercedes-Benz et Smart doit abaisser pour la 2ème fois en quelques mois ses prévisions de résultats.

Après le marché chinois, le Dieselgate... Daimler semble concentrer en ce moment plusieurs des lourdes menaces qui pèsent sur l'ensemble du secteur automobile mondial. En juillet dernier le constructeur allemand était contraint d'abaisser ses prévisions de profits, sur fond de climat très négatif qui régnait, déjà à l'époque, sur le marché auto chinois, où les grandes berlines et SUV Mercedes Benz sont très demandés.

Malheureusement depuis cette première alerte, le climat n'a fait que se dégrader. Après -4% en juillet et -3,8% en août, le 1er marché automobile mondial a décroché brutalement de 11,6% en septembre, sous l'effet de la guerre commerciale avec les Etats-Unis, mais aussi des perspectives de nouvelles règles antipollution qui vont être instaurées dans le pays l'année prochaine, et sans compter le ralentissement de la croissance économique globale.

Impact du Dieselgate

Mais Daimler doit à nouveau abaisser ses objectifs, et cette fois pour des raisons bien plus structurelles. Le groupe est contraint d'augmenter très sensiblement ses dépenses en matière de recherche et de développement pour arriver à des moteurs diesels moins polluants, après les révélations du scandale du Dieselgate. Des dépenses auxquelles s'ajoutent de fortes provisions pour rappel et mise en conformité de certains véhicules qui ne respectaient plus les normes antipollution, notamment les nouvelles WLTP.

Au final, le résultat brut du 3ème trimestre de Daimler est désormais vu en baisse marquée sur un an, et devrait tomber de 3,5 à 2,8 milliards d'euros. Celui de Mercedes Benz est même vu en repli encore plus marqué, de 2,1 milliards d'euros à 1,3 milliard. La division vans, première concernée par les affaires de rappels et de mise aux normes, devrait même afficher des pertes.

Une liste à rallonge

Tout cela va donc à nouveau peser sur la rentabilité du groupe, dont le résultat brut annuel global (EBIT) est attendu "significativement" en baisse sur un an, désormais. Ces derniers mois, Fiat Chrysler, General Motors et BMW ont également abaissé leurs perspectives, certains pour cause de mauvaises perspectives mondiales de manière générale, d'autres précisément à cause de la Chine... ou même les deux. 

La liste des profit warning dans le secteur s'allonge donc, avec les équipementiers également, dont Valeo il y a quelques semaines et Michelin dernièrement, aussi obligés de revoir à la baisse leurs ambitions. L'ambiance reste donc tendue pour un secteur qui attend encore la semaine prochaine, avec anxiété, les publications de résultats et les perspectives de Peugeot, de Renault et de Valeo.